jeudi 4 février 2021

⭐ La Chose en soi d'Adam Roberts

"Nous fabriquons l'univers en le percevant."
 
La Chose en soi est un roman un peu inclassable d'Adam Roberts publié chez Denoël dans la collection Lunes d'encre.

Je dois dire que ce livre m'intimidait pas mal, notamment à cause de la présence dans son pitch de Kant et sa philosophie :

En 1986, Charles Gardner et Roy Curtius participent à un programme de recherche sur d'éventuels signaux extraterrestres depuis une base en Antarctique. La cohabitation se passe mal, les personnalités des hommes étant diamétralement opposées. Roy, obsédé par la lecture de la Critique de la raison pure, prétend avoir résolu le paradoxe de Fermi sur la vie extraterrestre grâce au texte de Kant.

J'ai passé un excellent moment de lecture ! 

Tout débute en Antarctique, où Charles Gardner, astrophysicien, accepte de vendre une des lettres qu'il vient de recevoir. Sans connaître ni l'envoyeur ni le contenu, il la cède donc à son seul autre collègue sur place, Roy Curtius, informaticien un peu dérangé qui pense avoir résolu le paradoxe de Fermi grâce à la philosophie de Kant. Il arrive alors une chose terrible qui va déterminer toute la suite de la vie de Charles.

Je pensais, de par la couverture et le résumé, que la majorité du roman se passait en Antarctique, or cela ne concerne que les tous premiers chapitres. En réalité, nous allons plutôt rester en Angleterre mais à différentes époques selon l'alternance des chapitres.

Ce roman, qui me faisait peur, s'est révélé passionnant mais effectivement pas si accessible que cela. 

L'on comprend bien la philosophie Kantienne qui dit que nous ne percevons pas réellement l'univers tel qu'il est mais via nos perceptions biaisées, point de départ de l'idée qu'il existe donc "La Chose en soi" (Ding an sich) qu'on ne peut connaître et qui dans le roman, si on la connaît, peut rendre fou. Là OK, la lectrice de SF capte et adhère mais sans forcément tout comprendre : il faut parfois lâcher prise et se laisser porter par l'intrigue, qui nous porte parfaitement bien d'ailleurs. Se pose aussi la question de l'existence du Temps, et encore une fois c'est passionnant pour tout lecteur de SF.

"On vit avec des lunettes couleur d'habitude devant les yeux,
et on perçoit les choses comme on a l'habitude de les voir."

Quand arrive la question des clins d’œil à la littérature classique, tout dépendra de votre degré d'érudition littéraire. Ainsi on lira un chapitre sans aucune ponctuation, un chapitre en ancien français (vous savez quand les S tels qu'on les connaît n'existaient pas encore vraiment)... Cela ne pose aucun problème de ne pas savoir que l'un est une référence à Joyce par exemple, parce que ça fonctionne. Persiste cependant l'impression d'être passée à côté de certaines choses.

"Le cerveau est une machine complexe ; une fois que vous l'avez pété,
il a tendance à peupler vos pensées de formes et de cauchemars
plus étranges les uns que les autres - et ce pendant des années. Des décennies."

Quoiqu'il en soit, il va arriver de nombreuses péripéties à notre pauvre Charles, trop naïf et en manque d'affection pathologique. Son histoire folle sera entrecoupée de chapitres concernant d'autres époques passées ou à venir (avec notamment un beau texte sur une histoire d'amour éphémère dans le temps), autant de pièces qui finiront par s'assembler au final. 

Tout au long du chemin, vous serez immergé dans l'histoire avec beaucoup de plaisir ! La résolution pourrait décevoir, parce que c'est une pirouette à mon avis, mais le chapitre final est parfait, surtout avec le recul. A vous de voir si vous voulez tenter l'aventure, elle se mérite, alors mettez Even better than the real thing de U2 en fond sonore et si cela = votre came, foncez !

L'avis de Feydrautha, Gromovar, Just a word 

Écoutez les premières pages du roman La Chose en soi d'Adam Roberts. Merci à l'auteur et à l'éditeur pour leur accord !

Une nouvelle histoire commence :

La Chose en soi
d'Adam Roberts
Denoël - Lunes d'encre - Janvier 2021
416 pages
Traduit de l'anglais par Sébastien Guillot
Papier : 23€ / Numérique : 16,99€
Titre original : The Thing Itself - 2015

13 commentaires:

  1. Alors je me pose des questions ...

    En fait je suis une quiche en philo. Je connais très vaguement le nom de Kant. Ça me dit un truc, j'ai déjà du en entendre parler, mais il y a des années (surement au lycée xD).
    Mais en dehors de ça ... je ne vois pas du tout qui c'est et du coup je n'ai absolument aucune idée de ce qu'est sa philosophie x)

    D'ailleurs je ne connais pas non plus le paradoxe de fermi, la encore le nom me dit quelque chose, mais de quoi ça parle ... grand mystère xD

    Bon, c'est vrai qu'après je pourrais me renseigner si je voulais, mais quand je choisi un livre pour une lecture détente (la lecture est toujours de la détente avec moi, c'est mon moyen de décompresser), je n'ai pas envie d'avoir besoin d'aller faire ça avant.

    Du coup la question : est ce que tout ça est suffisamment expliqué de façon grand public dans le livre? Ou as-t-on besoin de connaissances personnelles avant?
    Serais-je capable de comprendre en n'y connaissant rien en gros (oui c'est la même question, de façon résumée xD)

    (après je n'y connaissais rien non plus en philo des lumières et j'ai adoré Terra Ignota, donc si c'est bien fait ça peut très bien passer).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors alors 😁
      Pour le paradoxe de Fermi, c'est un concept intéressant à connaître en SF, il revient régulièrement : Le physicien Enrico Fermi se lance en 1950 dans une estimation iconoclaste : évaluer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres intelligentes en mesure d'entrer en contact avec nous. Contre toute attente, le nombre qu'il obtient est particulièrement important, ce qui va le conduire à formuler son fameux paradoxe : « si le nombre de civilisations en mesure de nous rendre visite aujourd'hui est si grand, comment se fait-il que nous n'en ayons jamais perçu aucun signe ? ». (Source France Culture "Où sont-ils ? Les extraterrestres et le paradoxe de Fermi - France Culture" https://www.franceculture.fr/oeuvre/ou-sont-ils-les-extraterrestres-et-le-paradoxe-de-fermi)

      Pour Kant, personnellement comme toi je connaissais surtout son nom, mes années lycée étant lointaines... cependant c'est tout à fait lisible même si on est poussé par la curiosité à creuser un peu certaines idées !

      Ce n'est pas un livre facile, il n'est pas difficile non plus mais il est érudit. Cela dit, on n'est pas obligé de tout comprendre pour apprécier le voyage !

      J'espère t'avoir un tant soit peu éclairée 👍

      Supprimer
  2. Faut vraiment qu'on invente une échelle d'érudition pour classer le potentiel de difficulté des livres. En attendant, je ne sais pas encore si je veux ou non lire ce livre. 🤷‍♂️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon avis c'est pas tant de l'érudition qui est nécessaire (ça s'acquiert et je ne prétends pas du tout être érudite) que du temps de cerveau disponible. En ce moment sortent des romans qui demandent de se concentrer et d'être curieux, et de prendre le temps pour tout ça ! Je pense à La Chose en soi mais avant il y a eu Anatem puis Terra ignora et il y a Gnomon qui arrive.

      Je crois qu'il ne faut pas avoir peur de tenter, et ne pas se penser inapte à la lecture de ce type de roman !

      Supprimer
  3. Je pense que je franchirai le pas à un moment ou à un autre...

    RépondreSupprimer
  4. Le roman me faisait envie mais très peur. Ton avis me rassure bien que je note l’érudition du texte et les nombreuses références que je n’ai pas forcément en bagage. Mais si c’est captivant et que ça nous porte au-delà des difficultés ça vaut la peine d’essayer. Merci pour cet avis très éclairant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'essaie de situer la lecture pour que chacun puisse se décider :D
      Perso je l'ai trouvé excellent

      Supprimer
  5. comme je ne sais pas du tout si j'ai envie de lire ce livre après avoir lu Gnomon, je vais commencer par écouter ton podcast ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux mon avis, lis quelques trucs légers avant ! Cela dit, étant en train de lire Gnomon, La Chose en soi me semble un peu plus facile à lire, bien qu'assez similaire dans la construction d'ailleurs

      Supprimer

Pages vues