jeudi 13 décembre 2018

♥ [Film] Dans l'ombre de Mary / Saving Mr. Banks de John Lee Hancock

Dans l'ombre de Mary, de son titre original Saving Mr. Banks, est un film de John Lee Hancock sorti en mars 2014 en France et en 2013 aux États-Unis. A l'époque je n'en ai pas du tout entendu parler ! Pourtant une grande fan de Mary Poppins, il est passé entre les mailles de mon filet.

J'ai donc découvert l'histoire du film Mary Poppins, et à quel point cela avait été difficile pour Walt Disney d'obtenir les droits du roman de la part d'une autrice, Pamela Lyndon Travers, qui a défendu son œuvre bec et ongles. De fait, Disney a attendu plus de 20 ans pour pouvoir la rencontrer et tenter de la convaincre en l'associant au making du film, qui je le rappelle, finira par remporter 5 oscars.

Lorsque les filles de Walt Disney le supplient d’adapter au cinéma leur livre préféré, “Mary Poppins”, celui-ci leur fait une promesse... qu’il mettra vingt ans à tenir ! 
Dans sa quête pour obtenir les droits d’adaptation du roman, Walt Disney va se heurter à l’auteure, Pamela Lyndon Travers, femme têtue et inflexible qui n’a aucunement l’intention de laisser son héroïne bien aimée se faire malmener par la machine hollywoodienne. Mais quand les ventes du livre commencent à se raréfier et que l’argent vient à manquer, elle accepte à contrecoeur de se rendre à Los Angeles pour entendre ce que Disney a imaginé... 
Au cours de deux semaines intenses en 1961, Walt Disney va se démener pour convaincre la romancière. Armé de ses story-boards bourrés d’imagination et des chansons pleines d’entrain composées par les talentueux frères Sherman, il jette toutes ses forces dans l’offensive, mais l’ombrageuse auteure ne cède pas. Impuissant, il voit peu à peu le projet lui échapper... 
Ce n’est qu’en cherchant dans le passé de P.L. Travers, et plus particulièrement dans son enfance, qu’il va découvrir la vérité sur les fantômes qui la hantent. Ensemble, ils finiront par créer l’un des films les plus inoubliables de l’histoire du 7ème art...

lundi 10 décembre 2018

♥ L'Etrange Noël de Monsieur Jack : le terrifiant pop-up de Matthew Reinhart

L’Étrange Noël de M. Jack : le terrifiant pop-up de Matthew Reinhart, d'après Tim Burton, vient tout juste de paraître chez Huginn & Muninn. Comment vous dire que j'ai commencé à baver dès que j'ai su qu'il existait !

Alors L’Étrange Noël de Monsieur Jack, le film de Henry Selick, est adapté d'un album écrit et dessiné par Tim Burton (un long poème en fait). Et le livre pop-up est écrit et illustré par Matthew Reinhart, d'après le film de Henry Selick, adapté d'un album écrit et dessiné par Tim Burton.

Tout le monde suit ?

samedi 8 décembre 2018

Sélection de Noël : offrir des livres de SFFF !

Vous avez envie d'offrir des livres SFFF à Noël, mais vous êtes un peu paumé ?

Ou comme moi, vous êtes une quiche en idées cadeaux (purée je suis nulle à ça, sauf pour les livres !!!)

Voici quelques idées totalement partiales et subjectives.

Vous pouvez cliquer sur les liens sous les images pour lire les chroniques.

Bisous licornes et vive Noël !!

samedi 1 décembre 2018

☃ Challenge hivernal : madeleine de Proust ! ☃

Comme vous le savez ou pas, je lis en ce moment le roman Mary Poppins de Pamela L. Travers, qui a inspiré le film de Disney. 

Film que j'ai revisionné il y a peu, et que j'adorais dans mon enfance (c'est toujours le cas, supercalifragilisticexpialidocious !)

Cela m'a donné l'idée d'un petit challenge hivernal, auquel on participerait pour le fun, la magie de Noël, tout ça !

mardi 27 novembre 2018

☆ Underground Airlines de Ben H. Winters

Underground Airlines est une uchronie dystopique (et un thriller aussi) de Ben H. Winters publiée chez ActuSF. Après sa trilogie crépusculaire Dernier meurtre avant la fin du monde, que j'avais beaucoup appréciée, j'étais curieuse de découvrir ce nouveau titre, une uchronie dont  le point de divergence est la Guerre de Sécession : elle n'a pas eu lieu.

Amérique. De nos jours. Ou presque.
Ils sont quatre. Quatre États du Sud des États-Unis à ne pas avoir aboli l'esclavage et à vivre sur l'exploitation abjecte de la détresse humaine. Mais au Nord, l'Underground Airlines permet aux esclaves évadés de rejoindre le Canada. Du moins s'ils parviennent à échapper aux chasseurs d'âmes, comme Victor. Ancien esclave contraint de travailler pour les U.S. Marshals, il va de ville en ville, pour traquer ses frères et sœurs en fuite. Le cas de Jackdaw n'était qu'une affaire de plus... mais elle va mettre au jour un terrible secret que le gouvernement tente à tout prix de protéger.

Voici une lecture difficile et prenante, dévorée en quelques jours.

jeudi 22 novembre 2018

Population : 48 d'Adam Sternbergh

Population : 48 est un thriller un peu SF d'Adam Sternbergh paru chez Super 8 éditions. Le pitch intrigant m'a convaincue de le lire, mais j'avoue avoir été assez déçue par ce roman.

Dans le désert du Texas, à Caesura, vivent 48 habitants. Pour les besoins d'une mystérieuse expérience, leur identité et leur mémoire ont été effacées, et aucun contact avec l'extérieur ne leur est permis. Pendant huit ans, tout est resté calme, mais les morts violentes s'enchaînent soudain. Le shérif Calvin Cooper doit mener l'enquête, au risque de voir ressurgir des secrets bien cachés.

Population : 48 a une idée de départ intrigante. A Blind Town, l'autre nom de Caesura, on vient vivre pour disparaître ! N'y habitent que des personnes dont certains souvenirs ont été effacés. Car elles ont décidé d'oublier leur passé. Certains sont des meurtriers, d'autres des innocents, peut-être des témoins gênants ?

dimanche 18 novembre 2018

Conséquences d'une disparition de Christopher Priest

"Réinventer un événement réel dans une version romancée m'avait fait toucher du doigt l'importance de la fiction, de la narration, lorsque la vérité était trop malséante ou trop complexe, ou tout simplement une chose que l'on préfèrerait ne pas révéler. On pouvait toujours raconter une histoire." Ben Matson, narrateur du roman.

Conséquences d'une disparition de Christopher Priest est le dernier roman en date d'un auteur que j'adore. Il est paru comme habituellement chez Lunes d'encre, sauf que ce n'est pas vraiment de la SF. C'est plutôt de la littérature générale mêlée d'un peu d'histoire secrète, le tout à la sauce Priest. Sauce qui n'a pas énormément pris avec moi 😢

En 2000, Ben Matson débute une relation passionnée avec Lilian Viklund. L'année suivante, la jeune femme disparaît. Vingt ans après, le décès d'un scientifique de renom, Kyril Tatarov, fait la une des journaux, tandis que les débris d'un avion sont retrouvés dans l'Atlantique. Ces deux événements, a priori sans rapport, replongent Ben dans les souvenirs de son histoire avec Lilian.

Conséquences d'une lecture...

lundi 12 novembre 2018

☆ Les Étoiles sont légion de Kameron Hurley

"Quand on comprend la nature du monde, on a le choix entre deux possibilités : soit en devenir une partie et perpétuer ce système jusqu'à la génération suivante, soit le combattre, le briser et construire quelque chose de nouveau."

Les Étoiles sont légion de Kameron Hurley est un roman que je qualifierais de space et planet-opera, paru chez Albin Michel Imaginaire. La couverture est de Mister Manchu himself, et elle est superbe, à la fois esthétique et parfaitement en adéquation avec le texte.

Avant même d'avoir Les Étoiles sont légion entre les mains, j'ai pu constater que plusieurs débats existaient autour de ce livre, c'est donc avec une grande curiosité que je l'ai ouvert !

Quelque part aux franges de l’univers, une armada de vaisseaux-mondes en sursis, connue sous le nom de Légion, glisse doucement dans les zones d’obscurité qui séparent les étoiles. Depuis des générations, des conflits très violents opposent celles qui désirent prendre le contrôle de cette flotte.

Alors que les vaisseaux-mondes se meurent, un plan désespéré est mis à l’œuvre. Zan se réveille sans souvenir, prisonnière d’un peuple qui dit être sa famille. On lui explique qu’elle est leur seule chance de survie – la seule personne capable d’embarquer dans la Mokshi, un vaisseau-monde porteur du plus précieux des pouvoirs : celui de quitter l’armada. Mais la nouvelle famille de Zan n’est pas la seule à vouloir désespérément prendre le contrôle du vaisseau légendaire.

Pages vues