mardi 7 juillet 2020

Trop semblable à l'éclair d'Ada Palmer

Trop semblable à l'éclair est un roman de SF d'Ada Palmer publié chez Le Bélial. C'est un peu la sensation de fin 2019, Grand Prix de l'Imaginaire 2020, nominé au Prix Planète SF 2020, le roman qui a fait dire wahou à la plupart des blogueurs ! 

Mais pas à moi. Du coup la chronique sera assez courte, je vais plutôt pomper le contenu des potes  euh mettre en avant leurs chroniques.

2454. Les États et les religions n'existent plus. Sept factions régissent l'humanité, en s'appuyant sur la censure, l'analyse statistique et la technologie. Mycroft Canner, condamné à la servitude pour des crimes terribles, appartient à l'une d'entre elles. En enquêtant sur un vol, il se trouve confronté à un garçon de 13 ans doté d'incroyables pouvoirs.

Que vous dire ? Je me suis ennuyée. Alors n'avais-je pas le bagage philosophique et historique suffisant pour appréhender ce texte : c'est fort probable.

Cependant, j'ai déjà affronté des ouvrages quelque peu ardus. Je pense à l'incroyable [anatèm] de Neal Stephenson, et je l'ai adoré. Alors j'ai cherché la différence, quel était le petit truc en plus qui m'a manqué avec le Palmer ? A mon avis, c'est l'intrigue qui a coincé. Elle ne décolle pas (Gromovar et Cédric répliqueront qu'il faut lire Sept redditions pour avoir l'histoire en entier, oui les gars je sais, et donc je vous passe l'info : lisez Sept redditions si vous êtes venus à bout de ce premier tome). J'avais pourtant repéré des idées folles et intelligentes au cours de ma lecture, mais le développement n'est pas venu (dans les premiers 67% du livre en tous les cas).

Et donc, après de vaines tentatives (trois ou quatre) de rentrer dans ce roman, je jette l'éponge. Il n'était pas pour moi, pas maintenant, malgré son étonnant narrateur dont j'ai apprécié le ton, à défaut de les apprécier, son histoire et lui.

Alors pour vous faire une idée de la bête, je vous linke ci-dessous des chroniques de blogopotes :
  • Alias "très très fan"
  • Anudar "Au moins Trop semblable à l'éclair s'épargne-t-il les défauts létaux d'un Anamnèse de Lady Star : moins prétentieux, pas tout à fait aussi verbeux, il parvient à ne pas perdre de vue son propre sujet avant la fin." (il m'est impossible de sortir une citation plus courte de la prose d'Anudar <3 ) 
  • Cédric Jeanneret "c'est un chef d’œuvre"
  • Célindanaé " Une richesse extraordinaire"
  • Gromovar "c'est énorme"
  • Tigger Lilly "un bouquin du tonnerre"
  • Vert "quelle claque"
  • Yogo "très exigeant"
 
Et puis voilà celui qui a certainement le mieux résumé ma pensée : Ours inculte qualifie ce roman d'éblouichiant et je n'aurais pas dit mieux.
 
Vous pouvez écouter Ada Palmer dans l'émission La Méthode scientifique de France Culture.
 
Trop semblable à l'éclair
d'Ada Palmer
Le Bélial - Octobre 2019
672 pages
Traduit par Michelle Charrier
Illustration de couverture de Victor Mosquera
Papier : 24,90€ / Numérique : 11,99€
Titre original : Too like the lightning - 2016

6 commentaires:

  1. Je ne sais pas comment je dois prendre le fait que la citation tirée de mon blog soit la plus longue de toutes et surtout le commentaire que tu en fais... :P

    P.S. : lien en cours, merci pour le tien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis un cœur, c'est un indice (Subtil, certes) <3

      Supprimer
  2. C'est pas sympa. J'avais l'impression que ça allait être un peu plus abordable - toute proportion gardée - qu' "[anatèm]" (que je n'ai toujours pas tenté =X) et badaboum, tu mets une pièce dans la tirelire de ma peur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écoute, je n'ai rien d'autre à conseiller que de LIRE [ANATEM] C'EST TROP BIEN hum voilà 😁

      Supprimer
  3. Ours m'avait déjà convaincue que j'avais raison d'avoir peur de ce roman. Nos gouts et rapports aux livres étant très proche, tu achèves de me persuader. Ce n'est tout simplement pas pour moi.

    RépondreSupprimer
  4. Arf dommage.
    Ceci dit pour être plongée dans sa relecture je ne pense pas qu'il ne se passe rien dans ce tome-là. Mais les chapitres sont tellement chargés en information que c'est l'impression qui en ressort.

    RépondreSupprimer

Pages vues