dimanche 8 juillet 2018

♥ L'Enfant de poussière : Le Cycle de Syffe tome 1 de Patrick K. Dewdney

"J'ai vu un homme, un compagnon var, hetman, de surcroît, prendre le chemin du mépris. Cela arrive, parfois. Il en était venu à penser que la vie des étrangers valait moins que celle des Vars. Il le disait même tout haut. C'est une route dangereuse. C'est cette route-là qui mène aux massacres."

L'Enfant de poussière de Patrick K. Dewdney est publié chez Le Diable Vauvert. Voici un récit de Hard-Fantasy qui ne laissera personne de marbre tant il est riche et prenant. C'est le premier tome d'une série de... Sept romans (source auteur) ou de trois romans (source éditeur).

La mort du roi et l’éclatement politique qui s’ensuit plongent les primeautés de Brune dans le chaos. Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’au jour où il est contraint d’entrer au service du seigneur local. Tour à tour serviteur, espion, apprenti d’un maître-chirurgien, son existence bascule lorsqu’il se voit accusé d’un meurtre. En fuite, il épouse le destin rude d’un enfant-soldat.

Bon déjà moi la Fantasy, généralement ça me les brise un peu.

Sauf... Jaworski par exemple ! Là on frise le bonheur total, et pour L'Enfant de poussière je n'ai pas été loin de ce sentiment justement. Au début j'y suis allée à tâtons, ce n'est pas parce que la blogo s'emballe que je vais aimer ma lecture. Bref, je commence, c'est bien écrit, immersif. Mais est-ce le fameux "roman de l'année" ?

L'Enfant de poussière donc, c'est Syffe. Syffe dont on ignore les origines. C'est un orphelin de 8 ans qui survit à Corne-Brune, nourri par une veuve avec ses trois amis également sans parents. Ils vivent dans la grange. Puis un jour, bêtement, par jalousie, il se met à voler... Sa vie va alors basculer en plusieurs temps qui vont forger son destin.

L'auteur décrit son univers avec une plume riche, à travers les yeux du garçon. Il offre au lecteur un monde médiévalisant (ça se dit ? Enfin vous avez compris !) très construit, avec un contexte politique solide : alliances, paix éphémères et guerres inévitables. Contexte que l'on suit en arrière-plan, et qui influera grandement sur la vie de Syffe.

Ce monde est dur. Syffe, métisse et orphelin, subit des discriminations par rapport ses origines et sa classe sociale : la société où il vit est raciste et matérialiste (toute ressemblance avec le monde réel serait évidemment purement fortuite). Ses rapports avec les adultes sont rugueux toujours, brutaux souvent. Les personnages qui entrent (et sortent) de sa vie lui apportent beaucoup mais à un prix élevé. Et plus on avance dans le récit, pire c'est. Cela finit par prendre aux tripes, notamment lors de son "apprentissage" en forêt ou d'une mémorable scène de bataille.

Bref, voici un récit initiatique qui fera grandir Syffe dans la douleur.

Mais ce monde est aussi beau. Empreint de liberté. Syffe y forge de solides amitiés, y vit des instants inoubliables. Découvre des paysages magnifiques, une nature sauvage, des peuples à qui l'auteur a su donner énormément de relief et grâce à qui il combat les préjugés de tout poil (les Gaïches, peuple semi-nomade, les Vars, peuple guerrier mais philosophe assez contradictoire...) ! Et puis on devine tellement de possibilités pour les tomes à venir !

Une carte de Corne-Brune par Fanny Etienne-Artur, trouvée sur la page FB de l'auteur

Allez un reproche. Je ne sais pas si c'est un fait exprès mais les femmes adultes sont quasi-absentes de ce roman. On n'y trouve quasiment que la veuve Tarron, puis plus tard deux autres de passage (dont une guerrière Var que j'aurais voulu suivre un peu !) J'ai cru que leur apparition annonçait qu'elles restaient un peu et puis... Ben non. Elles ont le mérite d'exister bien sûr. Je crois que ce sera mon seul reproche, this is a men's world. Pour l'instant. Avec six tomes à venir, l'auteur nous réserve sûrement beaucoup de surprises. (Précisions de l'auteur sur la page FB du blog, merci à lui !)

La Fantasy francophone a de beaux jours devant elle avec des auteurs comme Dewdney. Il nous offre certes un récit initiatique finalement classique dans son déroulé, mais a une écriture à tomber par terre et un univers qui laisse présager un beau cycle.

Tout est dans L'Enfant de poussière de Dewdney : la qualité littéraire et romanesque, l'univers solide et dense avec son contexte politique et ses questions sociétales, un peu de bestioles fantastiques (les inquiétantes striges, ces salamandres géantes et assez flippantes) mais de loin pour le moment, et tout ça saupoudré de mystère (Syffe, dont les origines restent obscures, fait des rêves étranges qu'il ne parvient pas à s'expliquer). Quelques longueurs, mais plus important, c'est un roman avec du cœur et des tripes, on s'attache, on s'immerge... On le vit ! 

La suite, intitulée La Peste et la vigne, sortira fin septembre, toujours Au Diable Vauvert.

Interview de l'auteur chez Just A Word.

L'avis de Just a Word, Gromovar, Cédric, Anudar

Ce roman est finaliste du Prix Planète SF 2018

L'Enfant de poussière
de Patrick K. Dewdney
Au Diable Vauvert - Mai 2018
624 pages
Illustrations de couverture et intérieures de Fanny Etienne-Artur
Papier : 23€ / Numérique : 12,99€

14 commentaires:

  1. Ah, c'est un tome 1, j'avais zappé cette info là. Je suis bien refroidi du coup, bien que j'aime la fantasy, moi. =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut pas c'est excellent. Mais effectivement la seule fois où j'ai lu une série de 7 tomes, c'était pour La Tour sombre !

      Supprimer
    2. C'est surtout que je me souviens encore de "Le Sang des 7 rois" où je me suis perdu à la moitié en ne pouvant pas enchaîner les tomes assez rapidement... À voir quand même, vu tout le bien qu'on en dit.

      Supprimer
  2. Pas hyper fan des gros cycles de fantasy mais vu le bien que j'en entends faudra que j'y jette un oeil, au pire je le ferais tester par Monsieur ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je le vois de plus en plus passer celui-ci !

    RépondreSupprimer
  4. Ah c'est dommage que ça soit un cycle, il faudrait encore attendre pour lire les suites.... Je crois que ça sera sans moi pour celui-ci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'éditeur parle d'une trilogie, franchement ça vaut le coup !!

      Supprimer
    2. C'est un peu confus le nombre de tomes: sur Elbakin, il y a 7 tomes annoncés, l'éditeur a dit 1/3 pour celui-ci...
      En tout cas, un excellent roman qui laisse présager beaucoup de bien pour la suite.

      Supprimer
    3. Oui, je pense que l'auteur souhaite en faire 7 tomes mais que l'éditeur a plutôt misé sur 3. L'avenir nous le dira !!

      Supprimer
    4. Oui je pense que c'est certainement ça. Je pense qu'ils verront après la trilogie suivant les ventes si plus de tomes sont envisageables. Mais bon une trilogie c'est bien aussi :)même si l'univers a l'air prometteur.

      Supprimer
  5. Boudicca m'avait déjà convaincu, apparemment c'est un coup de coeur pour beaucoup de blogueurs ^^ par contre j'apprends sur les messages avec Celindanae que le nombre de tomes n'était assuré...j'espère que l'histoire sera complète quelque soit la décision éditoriale...

    RépondreSupprimer

Pages vues