dimanche 13 septembre 2020

Mangeterre de Dolores Reyes

  "- Moi aussi je voulais être enceinte. Avoir une fille. Une gamine comme vous.
Elle m'a observée. J'ai détourné les yeux.
- Moi pas question. Elles disparaissent, ai-je dit."

Mangeterre est un roman fantastique paru aux Éditions de L'Observatoire. Dolores Reyes, l'autrice, est argentine, et utilise sa plume pour parler de la condition féminine, de la misère, de l'impunité et de la violence dans son pays. Vous noterez la superbe couverture de Raphaëlle Faguer !

Mangeterre est une sorte de sorcière dont le pouvoir consiste à avaler la terre foulée par des femmes brutalisées pour entrevoir leur sort. Elle possède ainsi la responsabilité de sauver ces personnes en détresse mais son don lui coûte douloureusement. 

Mangeterre est une jeune femme vivant près de Buenos Aires, dont on ne connait pas le prénom : c'est elle qui narre le texte, mais elle ne le donne à aucun moment. Mangeterre, c'est ainsi que l'appellent les gens, parce qu'elle est géophage depuis son plus jeune âge. 


Sa particularité est de percevoir ce qui est arrivé (ou ce qui arrive) aux personnes qui ont foulé la terre qu'elle consomme. C'est pour elle quelque chose de très douloureux mais aussi d'irrépressible. Prenant peu à peu conscience de sa possibilité d'aider ceux qui recherchent leurs proches disparus, elle va se mettre à leur service, non sans se sentir en permanence sous pression, sans compter la difficulté de vivre avec les visions qui l'assaillent. 

Dans le jardin de la maison où elle vit avec son frère Walter depuis que son "daron" est parti après avoir vraisemblablement tué leur mère, les dépôts de bouteilles remplies de terre accompagnées d'un nom et d'un numéro de téléphone, vont se multiplier.

"Je commençais à me rendre compte que les gens à la recherche d'une personne ont un trait distinctif, une marque près des yeux, de la bouche, un mélange de douleur, de colère, de force et d'attente qui prend corps. Quelque chose de brisé où vit celui qui ne revient pas."

Le ton du récit est direct, parlé, brutal. Mangeterre est pleine de mal-être, nous raconte sa vie de tous les jours, sa sensation d'être hors de la société et son besoin d'en faire partie, mais aussi ses rêves... En effet, la nuit, elle discute avec son institutrice décédée, enlevée il y a des années. Autant dire que son sommeil n'est pas très réparateur.

Plus qu'une réelle intrigue, c'est un bout de son parcours de vie que l'on va suivre, sa décision d'aider les autres, ses rencontres, ses découvertes macabres mais aussi ses rares sauvetages. Et surtout la possibilité qu'elle donne aux gens recherchant leurs disparus de trouver des réponses.

J'ai été impressionnée par le fait que malgré la dureté de son histoire, jamais Dolores Reyes ne montre de scène insupportable. Bien sûr, plus que d'imaginer, on SAIT ce qui arrive à la plupart de ces femmes (peu de morts sont accidentelles) mais l'autrice ne fait qu'évoquer sans infliger au lecteur. Je l'ai vu comme une réelle force de son livre et de son écriture. Reste cependant toute l'horreur de ces féminicides et l'inaction des autorités, puisque c'est bien Mangeterre, une voyante, qui va résoudre les affaires et non la police.

Au final, l'aspect fantastique du roman de Dolores Reyes permet de parler de la douleur de la perte, et de la vie (et surtout la mort) des femmes à Buenos Aires, dans un récit difficile mais nécessaire et sans voyeurisme. Une lecture que je vous conseille.

Mangeterre
de Dolores Reyes
Editions de l'Observatoire - Août 2020
224 pages
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Isabelle Gugnon
Illustration de couverture de Raphaëlle Faguer
Papier : 20€ / Numérique : 13,99€ 
Titre original : Cometierra - 2019

8 commentaires:

  1. L’idée est originale, la géophagie comme méthode de voyance, fallait y penser, ça parait bon en plus, why not.

    RépondreSupprimer
  2. Une belle découverte, l'angle est intéressant. Je n'étais de base pas vraiment tenté par le pitch, mais je me suis laissé prendre au fil de ta chronique, c'est malin.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas cette auteure argentine,cela change un peu des auteurs classiques dans le fantastique latino-américain.
    Elle aborde un thème intéressant et tragique à la fois celui des disparus(es)dans le pays. Alors une voyante face au silence des autorités..Pourquoi pas.🙂

    RépondreSupprimer
  4. Ps: Les visuels sont magnifiques ,de vraies aquarelles.

    RépondreSupprimer
  5. Sans ton avis je serai complètement passée à côté de ce titre très intéressant. Donc merci pour la découverte. Je me laisserai bien tentée à l'occasion!

    RépondreSupprimer

Pages vues