mercredi 20 février 2019

La Forêt des araignées tristes de Colin Heine

La Forêt des araignées tristes de Colin Heine est un roman Steampunk et horrifique publié chez ActuSF. Avec son titre poétique et sa superbe couverture de Dogan Otzel, il m'a vite fait de l’œil.

Bastien est paléontologue : sa spécialité ? Étudier les créatures étranges qui naissent de la vape, ce mystérieux brouillard aux propriétés énergétiques extraordinaires qui a recouvert le monde et menace de l’engloutir un peu plus chaque jour. Tour à tour victime d’un dramatique accident en apparence banal duquel il réchappe de justesse et témoin d’un attentat, où sa survie ne tient à nouveau qu’à un fil, il voit son destin basculer. Le voilà pris dans l’engrenage d’une affaire d’espionnage d’envergure internationale, sous les feux croisés d’une société secrète d’assassins, de brutes armées et d’une agence de détectives aux méthodes douteuses. Sans compter qu’une créature cauchemardesque, tout droit venue des Vaineterres, ces zones perdues dans un océan de vape, semble bien décidée à lui faire la peau...

J'ai vraiment apprécié ce roman, qui m'a donné ma dose d'aventure et de frisson, malgré ses défauts !

Avec les premières pages, on rentre tout de suite dans le vif du sujet : Bastien, paléontologue, et d'autres curieux visitant la grande Omniexposition, acceptent de tester une nacelle télécommandée à la demande de son inventeur. Mais une fois à bord, une gargouille attaque le véhicule et le précipite dans le vide, provoquant la mort de la plupart de ses passagers. Un moment de terreur pure dont Bastien aura le plus grand mal à se remettre et sur les circonstances duquel il va décider d'enquêter... Les gargouilles sont pourtant habituellement domestiquées et utilisées pour se déplacer (comme un cheval volant) depuis qu'elles sont sorties de la vape (un brouillard contenant des créatures mystérieuses, à la Brume de Stephen King, voire indicibles...)

L'ami de Bastien, Ernest (Gulliver de son nom !), est explorateur. Il part dans la vape en expédition, afin d'en ramener diverses ressources hors de prix et en profite pour ramener des échantillons ou ossements au paléontologue. Bien évidemment, son expédition ne se passera pas comme prévu et tournera au désastre... lui permettant cependant de découvrir des indices dans l'affaire de Bastien !

Et en plus de tout cela, un tueur en série a décidé de s'en prendre à Bastien... C'est un peu too much, mais ça amène une tension fort intéressante.

Le monde du roman est bien construit, notre début de XXè siècle version steampunk, avec de belles trouvailles. La vape qui a un jour déferlé sur le monde est une source d'énergie remarquable, mais là où elle s'accroche encore, elle cache des créatures et des lieux hostiles et mortels pour les hommes. La ville de Gale (un Paris steampunk tout en hauteur, constitué de piliers immenses reliés par des trams suspendus) est étonnante, et le contexte historique pré-guerre version steampunk m'a plu. J'avoue que le monde créé par Colin Heine m'a enchantée ! C'était beau et j'aurais presque aimé un livre illustré.

J'ai malheureusement plusieurs reproches pour ce livre : 
  • Trop de personnages et du coup d'éléments d'intrigues différents (Bastien/Ernest/un tueur en série/une femme en fuite et en pleine lutte des classes/un détective sans pitié...) 
  • Une thématique de lutte des classes qui semble un peu parachutée dans l'intrigue (tellement que je ne vous en ai pas trop parlé avant, mais elle permet de faire apparaître deux persos féminins forts, c'est au moins ça)
  • La fin (les toutes dernières pages) qui m'a un peu fait dire "tout ça pour ça". 
Cela dit je peux largement en faire abstraction tant j'ai aimé le voyage ! Des défauts mais aussi de nombreuses qualités, pour ce roman vraiment bien écrit. Un monde solide, des rebondissements, des clins d’œil, un soupçon de magie et d'horreur qui font de La Forêt des araignées tristes un pur divertissement steampunk à lire avec du popcorn plein la bouche !
 
 La Forêt des araignées tristes
de Colin Heine
ActuSF - Février 2019
400 pages
Couverture de Dogan Otzel (genèse de la couverture)
Papier 19€ / Numérique 6,99€

6 commentaires:

  1. La couverture est sublime, mais j'avoue que je ne suis pas très tentée par ce livre :)

    RépondreSupprimer
  2. Une chronique plutôt positive, je ne pensais pas voir ça sur ce livre vu les premiers retours. =O
    Je note tout de même que tu n'as pas parlé une seule fois d'araignée, c'est assez fou vu le titre. ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi ! Je n'ai lu aucune critique donc je n'ai pas été influencée. Je préfère.
      Y a des araignées ! Tristes ! Dans la forêt ! Et ailleurs aussi ! Elles sont géantes ! Et indiciblement horribles !

      Supprimer
  3. J’avais lu la critique de L’Ours Inculte qui pointait pas mal les défauts et qui m’avait du coup un peu refroidie. Mais y’a critique me donne envie de lui donner une chance dès que j’en aurais l’occasion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu sa chronique je vais aller voir ça.

      Supprimer

Pages vues