lundi 21 mars 2022

❤ Notre part de nuit de Mariana Enriquez

Notre Part de nuit est un roman fantastique voire horrifique de l'argentine Mariana Enriquez, paru aux Éditions du Sous-sol

Il m'a été vivement recommandé par des blogopotes plutôt de bon goût, j'ai donc décidé de lire ce pavé d'à peine 760 pages !

Un père et son fils traversent l’Argentine par la route, comme en fuite. Où vont-ils ? À qui cherchent-ils à échapper ? Le petit garçon s’appelle Gaspar. Sa mère a disparu dans des circonstances étranges. Comme son père, Gaspar a hérité d’un terrible don : il est destiné à devenir médium pour le compte d’une mystérieuse société secrète qui entre en contact avec les Ténèbres pour percer les mystères de la vie éternelle.

👉  Un roman coup de poing, exigeant mais passionnant.

Je dois avouer que j'ai eu du mal, au départ, à entrer dans l'histoire. Les premiers chapitres avec le road trip de Gaspar et son père en Argentine, fuyant une belle-famille pour le moins inquiétante après le décès de la mère de Gaspar, ces premiers chapitres donc, m'ont un peu rebutée, notamment dans le comportement du père avec son fils très jeune, mais aussi séduite par les visions qu'a le jeune garçon et la façon dont y réagit son père.

"La maison. Elle est plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur."

Cependant, j'ai vite accroché au mystère morbide incroyable qui entoure cette famille. Sur une quarantaine d'années, et pas forcément dans l'ordre chronologique, nous suivons le père, le fils, la mère dans cette étrange vie où ils sont à la fois puissants et impuissants, et font partie d'une sorte de secte satanique qui les presse comme des citrons.

Mariana Enriquez va droit où ça fait mal et elle remue : l'Argentine et sa dictature, la bourgeoisie qui écrase les petites gens, les adultes qui fracassent les enfants etc.

Malgré tout cela, elle arrive à donner une poésie au malheur, et le lecteur se retrouve pris dans un tourbillon sans plus pouvoir s'arrêter jusqu'à la fin (enfin si, parfois il faut dormir et éventuellement travailler, c'est la vie). C'est magnifiquement écrit, l'atmosphère est formidablement glauque. Wahou. Il y a aussi du Stephen King, du Lovecraft, mais ce serait réducteur de ne retenir que ça. Ce livre est bien plus : une véritable somme qui permet à l'autrice d'exprimer toute l'horreur de la dictature dans son pays et de certaines emprises familiales.
 
👉  Âmes sensibles s'abstenir, ce roman est terrifiant.
 
Elles et ils en parlent mieux que moi : Tigger Lilly, Gromovar, Just a word
 
Notre Part de nuit
de Mariana Enriquez
Éditions du Sous-sol - Septembre 2021
768 pages
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Anne Plantagenet
Papier : / Numérique :
Titre original : Nuestra parte de noche - 2019

Suivre le blog sur :

5 commentaires:

  1. J'avoue que je trouve cette critique un peu frustrante ^^ Parce que ça donne envie mais j'ai envie d'en savoir plus sur ce ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je n'ai plus le temps. Ça me fait réfléchir et ce que tu dis encore plus. Je n'ai pas envie de décevoir et je ne suis pas sûre que le blog reste pertinent

      Supprimer
  2. C'est très intrigant en tout cas, merci :D

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Lune, ta chouette chronique m'a vraiment donnée envie de me plonger dans cette histoire. Ni une, ni deux ! je l'ai emprunté à la bibliothéque illico, et wahou .... Merci pour ce conseil de lecture qui m'a emportée, fascinée, effrayée (je vois encore Mercedes, brrrrrr). J'ai adoré et j'ai dévoré. J'espère que Mariana Enriquez continuera sur sa lancée.

    RépondreSupprimer

Pages vues