jeudi 23 janvier 2020

Bienvenue à Sturkeyville de Bob Leman

"Il se peut que rien de tout ceci ne soit arrivé."

Bienvenue à Sturkeyville est un recueil de Bob Leman publié par les Éditions Scylla. Il contient six nouvelles dont deux inédites en français, le tout traduit par Nathalie Serval.

L'objet-livre est superbe, comme toujours chez Scylla (et Dystopia) avec une couverture de Stéphane Perger (comme il se doit !) et des illustrations intérieures d'Arnaud S. Maniak, qui a su mettre en image les visions de Leman.

Sturkeyville fait partie de ces villes imaginaires maudites qui excitent la curiosité du lecteur, à l'instar de la Derry de Stephen King par exemple. Elle est peuplée d'humains et de monstres qui se confondent souvent.

Au long de ces six nouvelles, nous allons retrouver les mêmes lieux et croiser les mêmes familles à diverses époques, voire même pour l'une d'entre elles intitulée Loob, dans des réalités différentes ! On y retrouve aussi les mêmes entreprises (telle la fonderie) à diverses étapes de leur développement, ainsi que leur influence sur le tissu socio-économique de Sturkeyville. 

Bébé vampire 💓
J'ai aimé la plume de Bob Leman, notamment sa façon de raconter les histoires comme des témoignages, leur donnant ainsi encore plus de force. Il crée des atmosphères anxiogènes à la Shirley Jackson, tout en se montrant beaucoup plus explicite qu'elle : vous allez rencontrer des créatures innommables.

Il est beaucoup question d'emprise et de malédictions dans ces pages, et l'on ne peut que penser à Lovecraft et ses obsessions maladives. Il n'est plus permis de douter quand on se rend compte que Sturkeyville compte un lac Howard, des terrains Phillips, ainsi qu'une famille Love et une famille Kraft... Bob Leman aurait difficilement pu être plus clair !

Deux textes m'ont marquée : 
  • La toute première nouvelle La Saison du ver, se révèle une excellente entrée en matière. Elle raconte l'histoire de l'emprise d'un ver géant sur un père et son fils. Le ver a tué la mère de famille et maintient les deux malheureux sous son emprise depuis des années. Oppressant à souhait !
  • Puis il y a le texte intitulé Loob. Il se détache des autres récits du fait de son appartenance à la SF, et non au fantastique. Le narrateur a en effet été sorti de sa ligne temporelle suite à un événement mystérieux, et est obligé de vivre dans une réalité alternative dans laquelle Sturkeyville est moribonde. Un coup de maître que cette superbe nouvelle qui est aussi à l'origine de la  publication du recueil chez Scylla : c'est sur la suggestion d'un certain Thierry B. qui gardait un excellent souvenir de Loob plus de vingt ans après sa lecture que Xavier Vernet a décidé de se pencher sur le cas Leman ! Qu'ils en soient remerciés tous les deux !
Les Créatures du lac m'a également beaucoup touchée.

Les illustrations de Maniak achèvent de donner vie à ce recueil remarquable. J'ai une préférence pour le portrait du ver de la première nouvelle, et pour le dérangeant bébé vampire de la nouvelle Clifford M. (Leman a une idée précise de la façon dont naissent les bébés vampires, qui dévie des représentations habituelles !)

En bref, je n'ai aucun regret d'avoir participé au crowdfunding il y a déjà un an. A la fois bel objet et recueil d'une grande qualité littéraire issu d'une imagination fertile et empli d'histoires anxiogènes voire effrayantes, Bienvenue à Sturkeyville de Bob Leman tient toutes ses promesses ! Bravo et merci aux Éditions Scylla.

L'avis de : Tigger Lilly, Lhisbei, Gromovar

Lecture n°3 pour le Projet Maki 

Bienvenue à Sturkeyville
de Bob Leman 
Éditions Scylla - Février 2020
207 pages
Traduit par Nathalie Serval
Illustration de couverture de Stéphane Perger
Illustrations intérieures Arnaud S. Maniak
Papier : 20€ / Numérique : 9€

6 commentaires:

  1. Comme dit ailleurs, ce n'est pas un recueil pour moi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se discute. Je ne l'ai pas lu comme un fix-up perso

      Supprimer
  2. Bien vu pour les noms liés à Lovecraft haha

    RépondreSupprimer
  3. Je te rejoins sur tous les points, un excellent recueil et un très bel objet. Que demander de plus ?

    RépondreSupprimer

Pages vues