mercredi 24 octobre 2012

Pourquoi toi aussi, tu devrais lire des nouvelles

Nouvelle : récit court et bref (Note de moi : et pas long et concis...). Elle attire souvent les lecteurs par sa brièveté et son peu de description. À l'origine de la longueur d'un paragraphe, il pouvait de ce fait être publié aussi bien dans les journaux qu'en recueil. (Source : Wikipédia)

Coin coin coi
                    i
                     i
                      i
                       i
                        n
                         n
                              n...
(Nouvelle à chute)  
J'ai toujours entendu, enfin lu, que la nouvelle était un format qui seyait particulièrement à la SFFF. Depuis quelques temps, je vérifie cette affirmation en appréciant de plus en plus recueils et anthologies divers ! Un de mes livres favoris est même un recueil de nouvelles (188 contes à régler, de Sternberg, oui, l'article le plus consulté du blog, mais c'est pas moi j'le jure). Pourtant, beaucoup de lecteurs n'aiment vraiment pas ce format. J'ai eu envie de réfléchir un peu à tout ça, parce que tu ne sais pas ce que tu loupes.
 
Pourquoi tu n'aimes pas les nouvelles ?
  • La nouvelle est trop courte pour t'attacher aux personnages. FAUX ! (Merci Norman) Je vous suggère à ce titre de lire Les Créateurs de Thomas Geha ou Ainsi naissent les fantômes de Lisa Tuttle. Un auteur peut poser un personnage, son caractère, lui donner de l'épaisseur en peu de mots, mais il faut que ce soit les bons !
  • C'est la mode des séries à rallonge, alors la nouvelle avec sa taille ridicule hein, ça te fait rigoler. Je ne peux pas lutter contre cet argument, mais il faut savoir que souvent, les auteurs de série écrivent des nouvelles qui se passent dans l'univers de leur saga : Stephen King pour La Tour Sombre, Pratchett pour le Disque-Monde, Goodkind pour L'Epée de vérité, ou George R. R. Martin pour Le Trône de Fer...
  • C'est dur d'assimiler plusieurs univers dans un seul livre et de sauter de l'un à l'autre. Peut-être. Mais souvent un recueil ou une anthologie peut avoir un thème, un fil conducteur, une cohérence au-delà des personnages ou d'un univers unique. Par exemple, dans Destination Univers, c'est l'espace, dans Celui qui attend et autres nouvelles de Bradbury, c'est justement la diversité des écrits de Bradbury que l'on découvre. Et puis en effet, comme Utopiales 11, il y a les livres "boîte de chocolats" à la Forrest Gump, tu pioches au hasard et tu savoures !
  • Liste non exhaustive, tu peux réfléchir à ma place dans les commentaires ! (ça m'arrange)
 
C'est ta faute, toi qui n'aimes pas les nouvelles.
Pourquoi j'aime les nouvelles ?
  • C'est un texte court, qui se lit rapidement. Idéal dans une salle d'attente, un transport en commun, ou quand tu as la flemme de commencer un roman.
  • Se devant d'être percutante, j'ai l'impression que la nouvelle est plus exigeante qu'un roman (pour le lecteur et l'auteur) : le lecteur doit tout de suite plonger dans son univers. J'aime les défis.
  • On y trouve plus souvent que dans les romans une chose que j'adore : une belle chute.
  • ça permet de découvrir un auteur pour la première fois et de se dire tiens, son style me plait, je vais lire son ou ses romans ! (la lecture sans engagement quoi, surtout en numérique d'ailleurs)
  • ça permet de découvrir un auteur sous un autre jour, une autre sensibilité qu'en format long. (exemple : Thomas Geha)
  • La micro-nouvelle est très chouette (notamment aux toilettes :D ), certains appellent ça des "shots". J'ai une tendresse particulière pour ce style, quand il est maitrisé bien sûr !
Micro-nouvelle ultra-célèbre de Fredric Brown (avoue, ça fout les chocottes)
Le dernier homme sur la Terre se trouvait chez lui. On frappa à la porte.
Fantômes et Farfafouilles, 1961

Mon rêve. Le tien aussi, je le sais.
Comme le faisait remarquer très justement Efelle en commentaire sur mon bilan "liseuse", le marché du numérique est une belle occasion de lire des nouvelles. Certaines sont carrément gratuites, comme ici chez le Bélial, ou ne te coûteront que 0.99€, par exemple chez Brage (label créé tout exprès par Bragelonne pour ses nouvelles numériques). Si avec cela tu ne te lances pas, je ne sais plus quoi faire. Oui t'offrir une liseuse, mais non, ce serait trop facile.



Et je termine avec ma nouvelle préférée, de Sternberg bien sûr :

La poussière
Dieu était arrivé à bout de ses peines quand il pensa à celles qu'il réservait à l'homme récemment créé et il fut assez satisfait de les résumer en affirmant : « né de la poussière, tu seras destiné à redevenir poussière. » Et pour peaufiner le sadisme de sa trouvaille, il donna à l'homme la conscience de n'être que poussière et l'intelligence d'inventer un jour l'aspirateur.

13 commentaires:

  1. J'ajoute que pour l'écrivain, c'est l'occasion d'expérimenter de nouveaux procédés et astuces d'écriture, qui pourraient être ennuyeuses ou maniéristes sur trois cents pages mais passent très bien sur deux, trois, quatre pages. De même que certains courts métrages de cinéma assument pleinement leur caractère expérimental.

    Dans ma pratique d'écriture, je ne me suis pas gêné de le faire à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'aime bcp le format "nouvelles". Ca permet de découvrir de nouveaux auteurs. Ca se lit vite, c'est comme un petit bonbon.

    RépondreSupprimer
  3. Et bah moi, j'aime pas les nouvelles ! Nah ! :D

    Bon, j'en lis de temps en temps, mais ce n'est vraiment pas le format que je préfère.

    Mon recueil que j'ai préféré et que j'avais vraiment pris plaisir à lire, c'était Janua Vera, mais je crois bien que tous les autres recueils que j'ai lu m'ont laissé un petit goût de pas assez, ou alors un petit truc qui n'allait pas.

    RépondreSupprimer
  4. Je me retrouve dans ce pour quoi tu dis aimer les nouvelles.
    De manière générale, j'en lis pas mal (et même de plus en plus !). Et j'aime beaucoup ça (quand elles sont réussies, mais c'est aussi le cas pour les romans finalement).

    Bel article, bravo ! ;)

    RépondreSupprimer
  5. En voyant ton titre, je me suis sentie de suite viser ;)
    Ahah super l'explication (visuelle ?)de la nouvelle à chute :D
    j'approuve, je préfère quand même les recueils :)
    Je trouve aussi que la nouvelle est plus exigeante, oui. C'est d'ailleurs sur certains points (entrée dans l'univers, prise en "otage" positive du lecteur, etc.) que beaucoup m'ont déçues (à commencer par Neil Gaiman, haaan)
    Non mais lire aux toilettes ? Il y a quand même plus confortable :D
    Oui, c'est grâce à Le Bélial que j'ai pu en lire quelques unes en numérique.

    RépondreSupprimer
  6. C'est hyper confortable de lire aux toilettes, moi j'adore :D

    Euh sinon plus sérieusement je suis tout à fait d'accord avec toi, même si en ce moment je commence à saturer (je suis en train de vider ma PàL et il ne me reste presque QUE des anthologies), la nouvelle est un format très intéressant. Ca permet beaucoup de variété (que ce soit dans les anthologies thématiques avec plein d'auteurs très différents, ou les recueils d'un auteur qui partent dans tous les sens), et effectivement c'est un format plus exigeant (le roman peut se permettre des passages moins bons, la nouvelle absolument pas).

    Ceci dit je m'insurge, Neil Gaiman est un très bon novelliste Acr0, c'est juste pas la meilleure porte d'entrée parce que justement il se sert des nouvelles pour écrire des choses qu'il a pas l'habitude d'écriture ou dont il ne veut pas faire un roman et du coup ça part dans tous les sens (je suis loin de tout aider d'ailleurs). Mais ses plus grandes histoires sont souvent des formats courts ^^.

    (bon en fait vu le pavé que je suis en train de pondre, je vais finir par me fendre d'un billet chez moi xD)

    RépondreSupprimer
  7. Je redécouvre aussi le format des nouvelles, çà permet de se familiariser un peu avec un auteur. Et çà fait aussi du bien entre les pavés que se sentent obligés de pondre les auteurs de fantasy ;)
    Parfois çà ne me tente pas de se lancer dans 600 ou 800 pages donc un petit recueil est plus abordable...

    RépondreSupprimer
  8. Je suis tout à fait d'accord avec toi :D J'en lis pas mal, principalement via Bifrost qui en contient au moins deux (et en général trois).

    RépondreSupprimer
  9. Sinon, tu as aussi la micro nouvelle, sur Twitter. Je connais #centquarante et #espacecompris. C'est sympa, la nouvelle en 140 caractères !

    RépondreSupprimer
  10. Je me suis aussi sentie très concernée par cet article, j'ai souvent du mal avec les nouvelles...
    Tu as raison de dire que c'est un format plus exigeant : il faut beaucoup de talent pour rendre un personnage attachant en quelques lignes, un écrivain peut plus prendre son temps dans les romans. A mon avis, il y a moins d'écrivains doués pour les nouvelles que pour les romans !

    Par ailleurs, il faut effectivement une bonne chute, mais une lectrice expérimentée comme moi est particulièrement difficile à surprendre : je connais la plupart des ficelles des genres SFFF et les chutes utilisées me surprennent rarement.
    De plus, elles sont souvent déprimantes, et je n'aime que rarement les fins déprimantes (c'est pour ça et pour ses personnages désagréables que je n'ai pas aimé Janua Vera).

    Enfin, j'avoue un faible pour les formats longs (sagas, séries télé) qui permettent de suivre des personnages, de s'attacher à eux, d'avoir des moments épiques ou intimistes...

    Mais bon, j'essaie de ne jamais me fermer à un genre ou un format, et il y a des nouvelles que j'ai aimé, c'est juste que j'ai très rarement eu des coups de coeur pour des nouvelles et que j'aurais du mal à en citer une qui m'ait marquée...Je note tes titres, je vais les ajouter à ma PAL, j'espère avoir de bonnes surprises !

    RépondreSupprimer
  11. On parle beaucoup des nouvelles pour l'instant. On dirait que ce genre littéraire commence à avoir un certain succès.
    Je lisais dernièrement dans "Les carnets, les instants" que la nouvelle est considérée comme un art littéraire mineur, que le lectorat est faible et que, par conséquent, peu d'éditeurs sont prêts à en publier vu que les ventes seront faibles sauf si l'auteur est déjà connu (comme EE Schmitt par exemple).
    Paradoxe, les concours de nouvelles connaissent un grand succès (ce qui voudrait dire que beaucoup de gens en écrivent mais que peu en lisent!) et les ateliers d'écriture qui utilisent souvent la nouvelle vu la concision de l'écrit attirent de plus en plus de monde!
    Moi, j'en écris et j'en lis mais je suis assez difficile. J'aimerai la nouvelle si la chute est tout à fait inattendue et me surprend. Cela dépend évidemment aussi de l'histoire et du style de l'auteur.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai découvert les nouvelles avec "L'armée des morts". Avant ça, je n'avais jamais imaginé que la SFFF puisse s'inscrire dans un format si petit. Mais finalement, accrocher le lecteur en si peu de mots relève de l'exploit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours pas lu L'Armée des morts d'ailleurs ! ça te laisse plein de choses à découvrir du coup. Je te conseille Lisa Tuttle, Ainsi naissent les fantômes, c'est vraiment excellent.

      Supprimer

Pages vues