lundi 12 novembre 2018

☆ Les Étoiles sont légion de Kameron Hurley

"Quand on comprend la nature du monde, on a le choix entre deux possibilités : soit en devenir une partie et perpétuer ce système jusqu'à la génération suivante, soit le combattre, le briser et construire quelque chose de nouveau."

Les Étoiles sont légion de Kameron Hurley est un roman que je qualifierais de space et planet-opera, paru chez Albin Michel Imaginaire. La couverture est de Mister Manchu himself, et elle est superbe, à la fois esthétique et parfaitement en adéquation avec le texte.

Avant même d'avoir Les Étoiles sont légion entre les mains, j'ai pu constater que plusieurs débats existaient autour de ce livre, c'est donc avec une grande curiosité que je l'ai ouvert !

Quelque part aux franges de l’univers, une armada de vaisseaux-mondes en sursis, connue sous le nom de Légion, glisse doucement dans les zones d’obscurité qui séparent les étoiles. Depuis des générations, des conflits très violents opposent celles qui désirent prendre le contrôle de cette flotte.

Alors que les vaisseaux-mondes se meurent, un plan désespéré est mis à l’œuvre. Zan se réveille sans souvenir, prisonnière d’un peuple qui dit être sa famille. On lui explique qu’elle est leur seule chance de survie – la seule personne capable d’embarquer dans la Mokshi, un vaisseau-monde porteur du plus précieux des pouvoirs : celui de quitter l’armada. Mais la nouvelle famille de Zan n’est pas la seule à vouloir désespérément prendre le contrôle du vaisseau légendaire.

mardi 6 novembre 2018

Frankenstein 1918 de Johan Heliot

"Aucun n'était vraiment identique à l'autre, mais tous semblaient l'émanation de la même macabre fantaisie d'un chirurgien à moitié fou."

Frankenstein 1918 est la dernière uchronie en date de Johan Heliot, publiée chez L'Atalante. C'est une uchronie, ou une fantasy paranormale ai-je pu lire, mais j'aime moins et puis non je ne trouve pas ! Après tout dépend si vous classez Frankenstein de Mary Shelley en SF ou fantastique.

Grande Guerre, 1914. Après un premier engagement désastreux, les Anglais décident l’opération Frankenstein : plutôt que de construire des chars, on créera de la chair à canon.
À partir des archives du fameux docteur et grâce à la production d’électricité à présent industrialisée, des unités de soldats pouvant être sacrifiés sans remords seront fabriquées – les champs de bataille du nord de la France fourniront la « matière première ». Winston Churchill est nommé responsable de l’unité de recherche sur la régénération.

Bon j'ai enlevé la moitié de la description de l'éditeur sur son site, parce qu'autant balancer toute l'histoire directement sinon !

Pages vues