lundi 18 janvier 2016

♥♥ Le Temps n'est rien d'Audrey Niffenegger

Le Temps n'est rien d'Audrey Niffenegger est un roman de SF et d'amour autour du voyage dans le temps que je n'aurais certainement pas lu sans le coup de cœur d'Acr0. Je suis bien contente d'avoir suivi son conseil car j'ai dévoré ce récit qui sort du lot par le traitement atypique de l'histoire d'amour.

"Je l'aime. II représente tout pour moi. Je l'ai attendu toute ma vie et à présent il est là. (J'ai du mal à m'expliquer.) Avec lui je peux contempler mon existence dans sa totalité, comme une carte, passé et futur réunis, comme un ange... [..] Tout est déjà arrivé. Tout en même temps. " Nous avons tous déjà eu cette impression d'avoir rencontré une personne quelque part avant, ou de l'avoir connue dans une autre vie... Et si c'était dans un autre temps ? Quand Henry, bibliothécaire, voit arriver Claire, une artiste séduisante, il ne peut croire à l'incroyable : ils se connaissent depuis des décennies, même s'il ne s'en souvient pas. Car Henry est atteint d'une maladie qui le propulse dans le temps. II a rencontré Claire alors qu'elle était enfant et va sans cesse partir et revenir à des époques de leurs vies respectives...
L'histoire folle et romanesque d'un amour absolu et éternel.


Le Temps n'est rien d'Audrey Niffenegger est un roman paru en 2003 aux Etats-Unis et en 2005 en France. Il a été adapté au cinéma en 2009 sous le titre Hors du temps. Et moi, jusqu'en 2016, je suis passée à côté de cet excellent récit !

Henry est un déficient chronologique : quand il est stressé, il saute dans le temps. Il ne contrôle ni quand ni où. Inconsciemment, il se retrouve souvent dans son enfance ou dans des lieux ou moments qui ont marqué sa vie. Nu, ce qui complique encore plus les choses. Il va alors faire la rencontre de Claire. Mais leur première rencontre ne se fera pas au même instant pour tous les deux ! Alors qu'Henry rencontrera Claire pour la première fois quand il aura vingt-huit ans et elle vingt, Claire l'a déjà rencontré à six ans (une des supers idées de l'auteure !) alors que lui aura bien dépassé la trentaine.

"Les gens réels n'apparaissent et ne disparaissent pas comme toi. Tu es le Chat du Cheshire."

Le récit alterne deux points de vue : celui d'Henry et celui de Claire. Chaque chapitre nous indique la date et leur âge au moment de l'action (Claire vingt ans, Henry vingt-huit ans, ou Claire dix-huit ans, Henry quarante-deux ans) afin que le lecteur situe l'action. La construction est vraiment bonne, et cette histoire entremêlée est remarquable par le fait que chaque détail compte. Les voyages impromptus d'Henry rythment le récit et constituent autant de moments volés au destin (ou pas).

"Pourquoi l'amour est-il magnifié par l'absence ?"

Le Temps n'est rien est aussi une superbe histoire d'amour, en plus d'être un vrai roman de voyage dans le temps. Ces deux êtres faits pour se retrouver et se perdre à travers le temps sont émouvants. Le lecteur ressent l'absence d'Henry quand soudain Claire se tient seule dans une pièce, retrouvant juste un tas de vêtements à la place où il se tenait. Elle ne sait pas quand ni où il est parti ni quand il reviendra et surtout dans quel état, et cela constitue son quotidien. Ajoutons-y les relations familiales, chacun des deux ayant son histoire, et les rares amis qui les soutiennent et connaissent leur secret. La sauce prend bien et je n'ai pas lâché le livre du début à la fin.

"- C'est rien que de la tristesse, Claire. Même quand je peux faire un truc sympa, genre voir un concert que j'avais raté la première fois, celui d'un groupe qui s'est séparé ou dont l'un des membres est mort, c'est cruel de les regarder car je sais ce qui va leur arriver.
- Mais en quoi ça diffère du reste de ta vie ?
- En rien."

Autre intérêt du roman : les références aux arts. Henry est bibliothécaire (ça me cause !) amoureux de la langue française, fan de punk, Claire est artiste (sculptrice), les parents d'Henry sont dans la musique et le chant... On visite des musées, on assiste à un opéra, on récite des poèmes... Tout indique qu'Audrey Niffenegger pense que la culture a sa place dans la vie des gens, notamment des enfants, et peut la transformer. 

Alors évidemment, on peut lui trouver des défauts, le fait que Claire attende Henry, sa passivité (mais la pauvre elle n'y peut pas grand chose), mais très sincèrement j'ai trouvé l'histoire d'amour et les sentiments réalistes, si on se met dans la situation impossible des personnages. Rappelons-nous notre premier amour ;-)

Pour résumer, Le Temps n'est rien d'Audrey Niffenegger, publié chez J'ai Lu, est un roman d'amour et de voyage dans le temps. C'est de la science-fiction émouvante et finement construite. L'alternance de point de vue entre les deux personnages principaux est intelligente et participe vraiment à l'élaboration d'une histoire cohérente et pensée autour du voyage dans le temps et de ses implications. J'ai adoré cette lecture, moi qui suis rarement sensible aux histoires d'amour, celle-ci en est une à retenir : rien ne vaut les petits plaisirs de la vie et les moments passés avec l'autre. Pour ceux qui ne seraient pas convaincus, je souligne que Le Temps n'est rien a été qualifié de "remarquable" dans Bifrost (ça vous la coupe hein :p) Je compte bien voir rapidement l'adaptation cinématographique de cet excellent The Time traveller's wife (titre original).

Un grand merci à Acr0 qui m'a fait découvrir ce titre lors du challenge Retour vers le Futur.

Lecture n°2 pour le challenge SFFF & diversité
Entre dans les catégories : livre écrit par une femme, livre traduit, roman adapté au cinéma
Je retiens la catégorie : roman adapté au cinéma
 Le Temps n'est rien
d'Audrey Niffenegger 
J'ai Lu - 2006 (520 pages)
Traduit de l'américain par Nathalie Besse
Papier : 8,90€ 
Titre original : The Time traveller's wife - 2003

21 commentaires:

  1. http://forums.belial.fr/viewtopic.php?f=13&t=2667
    (Juste pour te faire suer un peux... ;-)
    Et bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sérieux, même toi ! Comme tu dis le film était vendu comme une énième comédie romantique toute pourrie à sa sortie, je me le rappelle. Le roman est de la vraie bonne SF, ils auraient toutefois pu massacrer l'adaptation sans souci, mais du coup ça me rassure que tu l'aies appréciée ! Je peux donc y aller en toute confiance si Thomas Day a versé sa larme (et préparer mon paquet de mouchoirs :p)

      Supprimer
    2. Et bonne année, dans tes écrits et chez LE qui j'espère publiera de belles choses (et les vendra !)

      Supprimer
  2. Pour Lunes d'encre, je suis assez content de mon programme 2016. Robert Charles Wilson, Laurent Kloetzer, Jo Walton, Vandana Singh, M.J Engh, Christopher Priest et le premier roman-événement de Romain Lucazeau.

    RépondreSupprimer
  3. Oui un beau programme en perspective (notamment la fin de la trilogie de Walton que j'attends avec impatience - elle m'a tuée avec My real children- le Kloetzer aussi, et le Singh avec curiosité. Wilson je demande à voir, et Priest c'est Priest :p Enfin je les lirai probablement tous), surtout qu'il n'y a pas eu de nouvelles publication LE depuis Hamlet au paradis :/

    RépondreSupprimer
  4. Ah ! Mon coeur a bondi en voyant celui dans le titre (depuis qu'on a révélé notre identité licornienne, on est vraiment "hiii") (je pense que c'est un peu fatigant). C'est toujours tendancieux d'annoncer un coup de coeur, surtout dans mon cas où je disais "faites moi confiance". On peut tout de même passer à côté du roman ; même si cela peut arriver, c'est un peu délicat. En plus de l'histoire très touchante, je trouve que l'auteure gère superbement la ligne temporelle et les sauts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un coup de coeur c'est subjectif, je te rejoins ça ne marche pas à tous les coups. Mais là c'est banco ! On lui a trouvé les mêmes qualités.

      Supprimer
  5. Tsss ! Si vous vous y mettez à deux, toi et Acr0 !
    En attendant, il figure au catalogue d'une de mes médiathèques (et même pas dans le rayon SF, d'ailleurs !)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouahaha ! Pas dans le rayon sf probablement car il a été édité dans une collection de littérature générale. Lis le !

      Supprimer
  6. Alors finalement, je dois arrêter de dire que je n'aime pas la SF moi ! Car ce roman, je l'avais vraiment adoré, j'en garde un souvenir ému !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimes la sf à l'insu de ton plein gré Dup !

      Supprimer
  7. Contente que tu ais apprécié ce livre un peu ovni sur pas mal de sujets traités !

    RépondreSupprimer
  8. En lisant ta chronique j'étais en train de me dire "tiens on dirait The Time Traveler's Wife" (que je connais principalement à cause de DW). C'est en lisant la fin de ton article que j'ai compris xD. Du coup il faut absolument que je le lise celui-là, allez hop direct en wish list !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils en parlent dans DW ? Tu dois le lire, c'est clair :p

      Supprimer
  9. Mais ça a l'air super intéressant. :)

    RépondreSupprimer
  10. Vu le film ! L'essentiel y est, mais c'est forcément une grosse coupe franche dans ce roman de plus de 500 pages. Ils ont un peu changé la fin mais ont bien gardé l'esprit du livre. Bonne adaptation, à voir en VO (la VF est à chier) et Eric Bana est à tomber il faut bien le dire.

    RépondreSupprimer
  11. Ho bah je suis super curieux de ce bouquin du coup !

    RépondreSupprimer
  12. Pour moi cela n'a pas été le coup de cœur, mais c'est vrai que ce n'est pas passé loin. Ce roman est vraiment très riche (toujours un peu dangereux sans être un défaut en soi). J'avais aussi beaucoup aimé l'aspect "culturel" qui prend une grande part dans la vie des personnages, auxquels on s'attache donc forcément en tant qu'amoureux de la littérature... Mais surtout bonne surprise pour ce que j'imaginais aussi au départ comme une "banale histoire d'amour".

    http://www.bizzetmiel.com/audrey-niffenegger-time-travellers-wife/

    RépondreSupprimer

Pages vues