mardi 27 août 2019

♥ Semiosis de Sue Burke

"Notre future civilisation serait fondée sur le meilleur de la Terre, dans le respect de toute forme de vie, la justice et la compassion, et on y rechercherait la joie et la beauté."

Semiosis est un planet-opera de Sue Burke publié chez Albin Michel Imaginaire. J'ai été intriguée, puis enchantée par le mystère de Pax !

Ils sont cinquante - des femmes, des hommes de tous horizons. Ils ont définitivement quitté la Terre pour, au terme d’un voyage interstellaire de cent soixante ans, s’établir sur une planète extrasolaire, qu’ils ont baptisée Pax. Ils ont laissé derrière eux les guerres, la pollution, l’argent, pour se rapprocher de « la nature ». Tout recommencer. Retrouver un équilibre définitivement perdu sur Terre. Construire une Utopie. Mais avant même de fonder leur colonie, des drames mettent à mal leur idéal. Avarie sur une capsule d’hibernation, accident d’une des navettes au moment de l’atterrissage. Du matériel irremplaçable est détruit. Les morts s’accumulent. La nature est par essence hostile et dangereuse ; celle de Pax, mystérieuse, ne fait pas exception à la règle. Pour survivre, les colons de Pax vont devoir affronter ce qu’ils ne comprennent pas et comprendre ce qu’ils affrontent.

Gros coup de coeur !!! Je ne l'ai pas lâché.

Pour commencer, je vais tenter de définir "semiosis" : processus de signification, c'est à dire la production, la codification et la communication de signes.  Enfin c'est en tout cas ce qu'étudie la sémiotique ! Quoiqu'il en soit, on comprend que dans ce roman, il va être question de difficulté de communication.

Au départ, le roman parait plutôt classique : des colons débarquent sur la mauvaise planète. Ils sont 50 mais perdent à la fois une vingtaine de personnes et quasiment tout leur matériel dans l'atterrissage... Comment survivre après ça sur une planète qui semble hostile ?

(Si vous voulez toute la surprise, arrêtez-vous là et croyez-moi sur parole : c'est un excellent bouquin, lisez-le !)

J'ai énormément apprécié la construction du texte, qui a largement participé à mon addiction. La vie des colons nous est racontée de génération en génération, ce qui maintient le rythme de l'histoire et l'attention du lecteur. A chaque fois un personnage différent, avec une narration à la première personne bien maîtrisée. Je regrette juste que dans le dernier tiers, ça ralentisse un peu, mais bon le moment est crucial et nécessite qu'on s'y attarde.

La thématique centrale est l'altérité : au départ, on est un peu perdu, comme les colons. Aux plantes intelligentes et mortelles, s'ajoutent les animaux les plus improbables, et la question d'une ancienne civilisation disparue qui va éveiller la curiosité de certains jeunes.

Stevland, le bambou arc-en-ciel, est une création géniale de l'autrice. Une plante personnage à part entière, avec son raisonnement et son fonctionnement propre. Il est à la fois inquiétant et fascinant, tant pour les Pacifistes que pour le lecteur. Il y a des moments de tension où l'on se pose de nombreuses questions sur ses intentions, mais aussi des passages vraiment drôles. J'ai ri des insultes : et oui, nouvelle culture, nouvelles références, qui se prêtent particulièrement aux private jokes entre lecteurs de Semiosis !

"Ne fais pas ta tulipe !" 
(= "Ne sois pas bête", les tulipes étant particulièrement lentes 😂 )

Semiosis aborde aussi l'évolution des espèces, à travers les générations de colons bien différentes les unes des autres, à travers celle des plantes, qui peuvent ici évoluer consciemment. Si vous ne captez pas le jargon scientifique des molécules employé, ce n'est pas rédhibitoire pour la compréhension du texte.

Puis, il y a la colonisation, of course. Le roman prend le contrepied de la colonisation historique : les humains, s'appelant eux-mêmes les Pacifistes, ne vont pas s'imposer dans leur nouvel environnement. Ils vont s'y adapter sans l'exploiter inconsidérément, tenter de ne pas reproduire les erreurs commises sur Terre, à l'aide d'une constitution et d'un fort désir de  changement, de paix et de coopération.

Mon bémol : à un moment, un quart de la colonie a le même père, je vois mal comment on peut fonder une colonie génétiquement saine et viable de cette façon. ça m'a fait sérieusement tiquer, mais j'ai pu louper une explication recevable dans le feu de l'action ! (Feydrautha en parle dans sa chronique).

Au final, la question est : comment reconnaître l'intelligence, quand elle est radicalement différente de nous ? Comment communiquer ? Cohabiter ? Peut-on être égaux ? J'ai pensé à Dans la toile du temps de Tchaikovsky à plusieurs occasions, même si le parti pris de Sue Burke a été de rester à une échelle moindre, tant au niveau spatial que temporel.

Sue Burke a composé une histoire très riche avec Semiosis, intellectuellement stimulante sans pour autant être ardue. Un premier roman impressionnant, bien que non exempt de défauts et auquel certains reprochent un manque d'ambition : l'autrice a souhaité se concentrer sur la colonie et son évolution sociale sans pousser plus avant l'exploration de Pax. Personnellement, j'ai apprécié la balade, voyagé, ri et pleuré ! Bien que se suffisant à lui-même, Semiosis est le premier volet d'une duologie, Interference sortira en octobre en VO.

D'autres avis chez : Gromovar, Cédric, Feydrautha, Just a word

Une interview de l'autrice sur le site d'Albin Michel Imaginaire.

Lecture n°4 dans le cadre
du challenge
Summer Star Wars

Semiosis
de Sue Burke
Albin Michel Imaginaire - Septembre 2019
434 pages
Traduit de l'américain par Florence Bury
Illustration de couverture par Manchu
Papier : 24,90€ / Numérique : 12,99€
Titre original : Semiosis - 2018

20 commentaires:

  1. J’ai pas lu la chronique pour garder la surprise, je crois qu’il va rejoindre mon filet plus vite que prévu !!

    RépondreSupprimer
  2. Je lirais la chronique après le livre !
    J'ai juste noté coup de coeur !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais comme moi : je me garde de plus en plus la surprise !

      Supprimer
  3. Tout allait bien, et puis paf, duologie. Donnez-moi des vrais one-shots ! Cela dit, ça reste tentant, surtout l'aspect communication - et le fait que ça reste à taille humaine, ce qui est un point positif pour moi.

    RépondreSupprimer
  4. Ça semble intéressant, mais j'ai trop d'AMI en whislist pour le moment !

    RépondreSupprimer
  5. Tu donnes vraiment envie, là. Et sir le Gentleman à Moscou aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Semiosis, tant qu'on n'en attend pas une envergure démesurée, tout va bien !
      Et le Gentleman c'est un bijou

      Supprimer
  6. Je crois que nous n’avons pas lu le même livre. Je l’ai trouvé très incohérent et perclus de défauts. J’en dirai plus long sur mon billet (que je ne publierai que le 04/09, date de parution du livre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a lu le même, mais nous n'en avons pas eu la même perception ;-)

      Supprimer
  7. @Baroona le livre peut très bien se lire en one shot.

    @Lune - Voilà la petite interview dont je te parlais sur facebook
    https://www.albin-michel-imaginaire.fr/semiosis-de-sue-burke-sort-demain-mercredi-4-septembre/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Gilles, j'ajoute ça dès que possible à ma chronique.

      Supprimer
  8. J'affronte les bambous ce soir logiquement

    RépondreSupprimer
  9. Mon avis se rapproche beaucoup du tien. J'ai adoré le voyage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis bien contente ! Et Sue Burke a apprécié nos blagues et notre enthousiasme :p

      Supprimer

Pages vues