jeudi 12 juillet 2018

Six mois de chroniques : bilan janvier-juin 2018 !

Depuis le début de l'année, faute d'un rythme de lecture satisfaisant, j'ai tout de même adopté un rythme existant haha.

Du coup, petit tour d'horizon des chroniques de janvier à juin, voir si vous trouveriez pas votre bonheur dedans par hasard ! Il n'y a qu'à cliquer sur la couverture de votre choix pour accéder à la chronique.


En janvier, j'ai pris le temps de chroniquer deux romans, que j'avais lu en octobre/novembre, soit juste après l'arrivée de ma petite cocotte.

Interférences de Connie Willis : genre de comédie romantique SF qui aborde une thématique intéressante, la communication, par le biais de la télépathie. Je lui reproche surtout d'être un roman bavard, mais j'ai pourtant eu un certain plaisir de lecture jusqu'au dénouement, notamment grâce à l'histoire d'amour (qui l'eût cru).

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/01/interferences-de-connie-willis.html

Le Glamour de Christopher Priest : Il est question d'art et de création. Et puis ce côté L'Homme invisible assez étonnant, un véritable hommage... Finalement une lecture étrange, subtile, une atmosphère bizarre, un roman à la Priest.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/01/le-glamour-de-christopher-priest.html

En février, silence radio (petits soucis de santé), pour enchaîner sur mars avec deux chroniques romans (dont un coup de cœur pour Où s'imposent les silences d'Emmanuel Quentin) et un article un peu fourre-tout de mini-chroniques !

♥ Où s'imposent les silences d'Emmanuel Quentin : le truc à retenir c'est que j'ai adoré et que c'était presque trop court. On est dans de la SF d'aventure intelligente, immersive, c'est un puzzle qu'on reconstitue peu à peu. J'aurais aimé voir ce roman durer plus longtemps !

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/03/ou-simposent-les-silences-demmanuel.html

Mange tes morts de Jack Heath :  ça se laisse lire, évidemment il ne faut pas se dégouter facilement mais en attendant je ne suis pas devenue végétarienne non plus. L'intrigue est sympa. Un roman pouvant paraître atypique mais qui emprunte trop à ce qu'on connait déjà pour être un must.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/03/mange-tes-morts-de-jack-heath.html

En avril, un livre audio et un livre papier chroniqués :

Ça de Stephen King : Un roman clé du King, qui va bien plus loin que le simple roman d'horreur. Encore une fois, l'auteur décortique et critique la société américaine passée et contemporaine avec son talent habituel. Que du bonheur !

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/04/ca-de-stephen-king.html

Station : La Chute d'Al Robertson : Le lecteur est vite emporté par l'histoire de Jack et Fist, ce sale petit bonhomme qui fait partie des personnages qu'on adore détester. Une belle découverte, un récit intelligent qui ravira vos méninges et un plaisir de lecture bien présent.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/04/station-la-chute-dal-robertson.html

En mai je fais ce qu'il me plait et parvient à lire et chroniquer pas moins de trois livres (un audio, deux papiers), dont un que j'adore (Indice : avec des araignées dedans !!) Call me Wonder Woman.

Sleeping beauties de Stephen et Owen King : l'intrigue est sympa, sur un schéma familier du King, avec une épidémie mystérieuse comme dans Le Fléau, mais qui ne tue pas, semblant mettre les femmes dans une sorte de stase. Idem pour le style d'écriture, c'est dynamique, on n'a pas envie de poser le livre. Autrement dit, c'est hyper confortable à lire, que ce soit pour le néophyte qui découvrirait le King ou pour ses plus grands fans.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/05/sleeping-beauties-dowen-et-stephen-king.html

Dans la toile du temps d'Adrian Tchaikovsky : Passionnant ! Je trouve que l'auteur a réussi à mixer avec brio la SF de conquête spatiale avec une réflexion sur l'évolution, la communication, et les possibilités des nouvelles technologies. Ce bouquin parle à vos émotions ET à votre intelligence.
http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/05/dans-la-toile-du-temps-dadrian.html

La Forme de l'eau de Guillermo Del Toro et Daniel Kraus : malgré des défauts (notamment sa fin je trouve), ce roman est plutôt une bonne surprise ! Ode à la nature et la liberté, et texte féministe, avec un méchant dont la folie est vraiment effrayante. Bien évidemment ce n'est pas le récit littéraire de l'année, mais il se laisse lire, avec des chapitres très courts qui lui donnent un bon rythme, et une histoire d'amour d'une sensibilité fort appréciable.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/05/la-forme-de-leau-de-guillermo-del-toro.html

Et pour finir, juin a vu une chronique de livre papier et  une chronique de série, chose qui n'arrive que rarement !!

Des Sorciers et des hommes de Thomas Geha : un fix-up bien écrit, prenant, les personnages et l'univers ont de la profondeur, tous les ingrédients sont là pour un excellent moment de Fantasy. Alors si vous cherchez une bonne lecture pour cet été, n'hésitez plus !!

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/06/des-sorciers-et-des-hommes-de-thomas.html

La saison 1 de la série Philip K. Dick's Electric dreams : questionnement du réel, remise en cause la société, souvent totalitaire et/ou en déliquescence, je suis ressortie de ce visionnage avec l'envie folle de lire des nouvelles de SF et bien sûr de Dick.

http://unpapillondanslalune.blogspot.com/2018/06/serie-philip-k-dicks-electric-dreams.html

A bientôt pour de nouvelles aventures !!!

10 commentaires:

  1. Le fourre-tout de mini-chroniques, je valide :) Bien que j'aie proprement attaqué la bibliographie de Christopher Priest, il me reste encore quelques titres à découvrir (ouf) donc celui-là. Je suis curieuse aussi de découvrir "La forme de l'eau".

    RépondreSupprimer
  2. Ah Le Glamour, j'avais bien aimé cette variation sur le concept invisibilité.

    Quant au bouquin qui parle à mes émotions et à mon intelligence et bien il m'ennuie plus qu'il ne me parle. Encore 150 pages et je n'y arrive pas. Déjà 2 jours sans l'ouvrir... peut être le finir ce week end. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors le souci ce sont tes émotions ou ton intelligence ? Mouahaha

      Supprimer
    2. Un peu trop facile...
      En attendant je l'ai fini et je suis beaucoup moins enthousiaste que vous. C'est bien, original mais c'est long et assez redondant au final. Et la fin assez abrupte !

      Ca ne vaut pas After Atlas ;-)

      Supprimer
    3. C'est une blague rooo !
      Je te dirai pour After Atlas !

      Supprimer
  3. Tiens j'ai choppé le Connie Willis lors de la promo Bragelonne du coup, je vais pouvoir le lire du coup ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Top : en numérique et à moins d'un euro c'est l'idéal pour (ne pas) se tromper !

      Supprimer

Pages vues