dimanche 14 janvier 2018

Le Glamour de Christopher Priest

Court roman de Christopher Priest paru sous le titre Le Don chez Robert Laffont (collection Ailleurs & Demain bien sûr) en 1986, puis le Livre de Poche en 1994, il est réédité dans une version réécrite par l'auteur sous le titre Le Glamour chez Denoël dans la collection Lunes d'encre en 2008 avant de paraître en poche chez Folio SF. Je me l'étais fait dédicacer par l'auteur lors de sa venue aux Utopiales 2015.

Victime d'un attentat à la voiture piégée, Richard Grey, cameraman professionnel, se rétablit dans une clinique, gardé au secret par le gouvernement britannique. C'est là que sa petite amie Sue le retrouve. Richard ne l'a pas oubliée, il se souvient de son ex-amoureux, Niall, qui refusait de la laisser partir. Mais Sue et Niall sont différents du commun des mortels, ils possèdent un pouvoir.

On retrouve dans ce roman les grands thèmes de Priest, spécialement la dualité. Encore une fois il arrive à nous faire douter de la réalité, comme les personnages nous ne savons plus ce qui est arrivé ou pas. 

Ce qui est intéressant c'est que Richard nous raconte l'histoire à sa manière, puis c'est au tour de Sue, qui en plus de n'avoir pas du tout le souvenir des mêmes endroits que Richard (lui se rappelle de leur voyage en France, pour elle ils n'ont jamais quitté l'Angleterre) ne l'a vraiment pas vécu de la façon idyllique dont se souvient Richard. Je pense que c'est le moyen de Priest pour nous dire que même en vivant la même chose on ne la vit en réalité jamais de la même manière que la personne qui nous accompagne. Il y a autant de versions d'un événement que de gens présents. L'auteur amplifie cela dans ses textes en faisant en sorte que les personnages ne se rappellent même pas les mêmes lieux ! Ce qui nous donne une belle histoire d'amour (ou pas) impossible.

Encore une fois, on voyage grâce à Priest. Il est aussi question d'art et de création. Et puis ce côté L'Homme invisible assez étonnant, un véritable hommage... Finalement une lecture étrange, subtile, une atmosphère bizarre, un roman à la Priest. Pas son meilleur (pour ça on est tous bien d'accord que c'est La Séparation. Ou Le Monde inverti.) mais sympathique tout de même.
Le Glamour
de Christopher Priest
Folio SF - 2012
409 pages
Traduit de l'anglais par Michelle Charrier
Papier : 8,30€ / numérique : 7,99€
Titre original : The Glamour - 1984

9 commentaires:

  1. Plus que sympathique, je n'ai pas lu La séparation (le sujet ne m’intéresse pas !) mais avec Le Prestige, le Glamour est l'un de mes préféré de l'auteur. Mais j'ai encore beaucoup à découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dois lire La Séparation (le thème me reste bien moins en mémoire que l'histoire des deux frères) et Le Monde inverti !

      Supprimer
    2. Le monde inverti était mon premier Priest, un livre qui marque même si j'ai un peu décroché sur le final !

      Supprimer
  2. Tu fais bien de préciser le changement de titre, je m'étais fait avoir à l'époque, commandant un peu trop rapidement le roman. Au final, un goût de déjà lu donc.
    J'ai bien aimé pour ma part, mais je n'arrive jamais à retenir comment tout cela va finir. Saloperie de mondes parallèles, on en perd sa tête !

    Deux nouveaux billets en quelques jours après la longue disette, les services sociaux ont placé tes enfants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement chez Priest on me sait jamais ce qui s'est vraiment passé ou pas !

      Non on a repris un rythme normal :p

      Supprimer
  3. Je n'ai pas encore lu ce livre-ci mais c'est "prévu" car j'apprécie la plume de Christopher Priest ; certains titres plus que d'autres ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu peux aimer. C'est assez sombre tout de même.

      Supprimer
  4. J'ai déjà lu un peu de Priest et j'ai vu aussi quelques adaptations. Plus la couverture de celui-ci. J crains que cela soit un peu glauque, limite sordide. Hors, c'est quelque chose que je n'aime pas du tout. J'ai un peu l'impression que c'est le cas ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas tort. Quand on arrive sur le récit du point de vue du perso féminin ça devient compliqué...

      Supprimer

Pages vues