dimanche 2 février 2020

La Maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

La Maison où je suis mort autrefois est un polar assez inclassable de Keigo Higashino publié chez Actes Sud en 2010, Prix du Festival de Cognac en 2011.

C'est suite à ma lecture du roman Les Miracles du bazar Namiya que j'ai eu envie de découvrir un autre livre de l'auteur. Il se trouve que Baroona l'avait lu il y a quelques années et en disait le plus grand bien.

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas…

Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner.


Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

La Maison où je suis mort autrefois est un roman étrange, à l'atmosphère sombre. Il se déroule en quasi huis-clos dans une inquiétante maison hors du temps, au milieu de la montagne. Ayant tout oublié de sa petite enfance, Sayaka y emmène son ex-petit-ami, pensant que cette maison sera la clé de ses souvenirs. Commence alors un véritable jeu de piste à la sauce Higashino ! Encore une fois, un roman passionnant plein de faux semblants. D'indice en indice, nos deux protagonistes vont peu à peu dévoiler la vérité sur la demeure et son passé.

C'est un texte vraiment noir. L'auteur y aborde, comme on l'aura vite deviné, les traumatismes de l'enfance et la maltraitance sous diverses formes. Y transpire l'image d'un Japon patriarcal où les traditions et l'honneur ont la peau dure. J'ai d'ailleurs trouvé que la vision des femmes de l'auteur (ou du Japon, who knows ? Sûrement des deux) avait positivement évolué entre 1994 (date d'écriture de ce récit) et Les Miracles du bazar Namiya écrit en 2012.

La Maison où je suis mort autrefois
de Keigo Higashino
Actes Sud - Actes Noirs - 2010
256 pages
Traduit du japonais par Yutaka Makino
Papier : 7,70€ / Numérique : 7,99€
Titre original : Mukashi boku ga shinda ie ( むかし僕が死んだ家 ) - 1994
 

4 commentaires:

  1. Ravi que tu l'aies apprécié !
    Tu commtes poursuivre avec d'autres livres de l'auteur ou tu fais une pause ? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai plein de trucs à lire mais je réfléchis à un petit challenge histoire de lire accompagnée 😁

      Supprimer
  2. Pourquoi pas ? Même si je note d'abord "Les miracles…".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu les mêmes procédés d'écriture mais clairement deux livres deux ambiances !

      Supprimer

Pages vues