samedi 15 novembre 2014

Zombie, une métaphore...

BRAIIIIIIIN !!

Le zombie est à la mode en ce moment. Un peu trop peut-être ? Cependant, le saviez-vous, il y a zombie... et zombie. 

Le zombie est, à la base, une légende vaudou : un mort-vivant victime d'un sortilège. Ou "une personne ayant perdu toute forme de conscience et d'humanité, adoptant un comportement violent envers les êtres humains et dont le mal est terriblement contagieux." Le zombie est donc soit mort soit malade (infecté !)

Mais ça, c'était avant. Le zombie de nos jours, c'est bien plus encore (oui comme Denver). Le zombie c'est une autre façon de mettre en avant les problèmes de société.

1. Le zombie est mort

De nombreux zombies sont morts : ils ont chopé un virus à la con (souvent en se faisant mordre), en sont décédés, la plupart du temps d'une forte fièvre, et puis sont "revenus à la non-vie" pour manger du BRAIIINNN ! (Le zombie aime se multiplier).

C'est ce type de zombie qu'on retrouve dans The Walking Dead (comic ou série), dans Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour de S.G. Browne (mais Andy a un truc en plus, voir le 3.c), dans L'Education de Stony Mayhall de Daryl Gregory (idem pour Stony)...
 
2. Ou alors le zombie est infecté (mais vivant)

Max Brooks a relancé la mode zombie dans la 2ème partie des années 2000 avec son excellent roman World War Z. La créature de l'auteur est lente et stupide, il a voulu en faire la métaphore du SIDA, aux ravages duquel il a été confronté toute son enfance dans l'entourage de ses célèbres parents. Il a également publié le fameux (et plutôt sérieux) Guide de survie en territoire zombie. Ce sont en fait des infectés.

Y a tout dedans !

Les infectés sont vivants mais contaminés par un virus qui les rend ultra-violents. Et ils sont rapides et contagieux, les enfoirés. Ce sont ceux qu'on retrouve dans l'excellente trilogie Feed de Mira Grant, dans l'étonnant Zombie Thérapie de Jesse Petersen, dans le film 28 jours plus tard, ou encore Zombieland (enfin c'est plus flou pour celui-ci, cela dit Max Brooks avait balancé aux Utos 2013 que les scénaristes avaient bien pompé sur son Guide de Survie).

Juste <3

En réalité la frontière est parfois très floue entre les morts et les vivants.

3. Le zombie est une métaphore

Ici se mélangent les zombies morts et infectés, infectés puis morts, infectés et vivants (et qui courent vite)...

a. Le consommateur fou

Le zombie de Romero est une métaphore des consommateurs de masse. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que Dawn of the dead se passe dans un supermarché.

Dans cette catégorie, j’inclurais bien Zombie ball de Paolo Bacigalupi, qui essaie de nous apprendre à manger bio. (Il est sur ma PAL)



b. La maladie

Voir 2 plus haut, et j'ajoute :

Côté mini-série, vous avez l'excellente, EXCELLENTE, In the flesh. En quelques épisodes, nous faisons la connaissance de ce jeune zombie. Un jour les morts se sont relevés, et ont dévoré les gens. Mais les scientifiques ont trouvé un remède pour refaire fonctionner leur cerveau correctement. Les gens rentrent donc chez eux. Plusieurs soucis :
  • Leurs familles / voisins se rappellent parfaitement ce qu'ils ont commis en tant que zombie
  • Les ex-zombies eux-mêmes ont des flashs de ce qu'ils ont fait, ce qui ne leur facilite pas la vie !
De ce fait ils ont du mal à retrouver leur place. Parce que les gens ont peur de la contamination, de devenir eux-mêmes des zombies (alors que la science prouve que c'est impossible), ou que la personne redevienne zombie. C'est la métaphore de la peur de la maladie, de la contamination.


c. Le zombie réhumanisé

Le zombie humanisé représente toutes les personnes rejetées par la société (enfin par les cons, ce qui représente une majorité malheureusement), et on pense tout de suite aux minorités ethniques, ou encore aux handicapés, bref des gens considérés comme différents, et c'est bien connu, l'Autre fait peur.

Alors que franchement, y a pas de raison d'avoir peur.
Il y a Andy et son humour caustique dans Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère... et retrouvé l'amour de S.G. Browne (faut dire qu'il n'est pas non plus spécialement rangé, malgré ses groupes de parole zombies plutôt sympa), ou encore Stony, beaucoup plus sérieux et politisé, dans L’Éducation de Stony Mayhall de Daryl Gregory.


Je répète, vous avez l'excellente, EXCELLENTE, In the flesh.


Paru très récemment, il y a aussi Celle qui a tous les dons de M.R Carey, que je suis en train de lire. Après une première partie excellentissime, pleine de psychologie et de mythes, j'entame la partie very Walking Dead sans savoir si elle va me plaire. Toujours est-il que les enfants-zombies de ce roman sont intelligents et sensibles, ce qui rend leur gestion par les adultes qui les étudient très compliquée.



d. Le zombie romantique (arrrrg mais comment est-ce possible ?)

Bon, celui-ci, il est carrément contre-nature. Il est intelligent, gentil et peut tomber amoureux sans manger son/sa partenaire, qui lui/elle, est vivant(e). On aura tout vu... Et pourtant malgré ce côté improbable, ça peut fonctionner.

Je pense à Vivants d'Isaac Marion, qui a été une bonne lecture (et adapté au cinéma sous le titre original du livre : Warm bodies). Il y en a eu d'autres depuis (comme Zombies don't cry ou encore J'ai embrassé un zombie et j'ai adoré), mais je n'ai pas re-tenté, ça sent trop le Harlequin. Vous vous doutez bien que certains se sont vite emparé du filon.

hihihihihihihi

Pour finir : le savions-tu ? 

*Zombie thérapie de Jesse Petersen est un roman qui propose de résoudre ses problèmes de couple en survivant à une apocalypse zombie. Le pire c'est que j'ai aimé, c'est drôle.

*Il existe des comics Marvel Zombies !

Ah bravo Spiderman !!

*Le zombie revisite les classiques : Orgueils et préjugés et zombies de Seth Grahame-Smith se lit très bien. Et je découvre à l'occasion de cet article que Marvel a publié Un chant de Noël zombie, inspiré de Dickens donc. ("Londres est dévastée par un fléau qui s'est rapidement répandu. Les déshérités des bas-fonds se sont transformés en morts-vivants et, en proie à une faim insatiable, ils affluent maintenant vers les beaux quartiers ! Seul le vieil avare Ebenezer Scrooge peut encore sauver Noël...")


*Gena Showalter, notre chasseuse d'aliens, a commis un roman intitulé Alice au pays des zombies ("Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde... Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies.")


*Il existe des mangas qui s'appellent Sankarea : Adorable zombie ("Chihiro Furuya est un garçon passionné par les zombies… au point de les préférer aux filles en chair et en os. Un jour, il fait la connaissance de Sanka Rea, jeune fille de bonne famille et objet de fantasme pour tous les garçons… sauf Chihiro, évidemment. L’accro du gore a d’autres soucis. Il doit créer un élixir de résurrection pour son chat mort, sans se douter qu’il sera bu… par Rea, transformée en zombie ! Chihiro devra prendre ses responsabilités, et cacher la morte-vivante sous son toit. La cohabitation s’annonce riche en surprises !") et Est-ce un zombie ? ("Au premier abord, Ayumu est un lycéen ordinaire, mais il ne faut pas se fier aux apparences... car c’est un zombie ! Assassiné par un tueur en série, il a été ressuscité par Yûu, une nécromancienne muette. Un soir, il croise Haruna, une Magical girl qui chasse des démons appelés Mégalos. Cette rencontre va laisser des traces dans la vie du jeune homme, puisque par inadvertance, il lui vole ses pouvoirs et se transforme lui-même en magicienne. Bientôt rejoint par Séera, une ninja vampire, il doit désormais gérer sa vie d’étudiant, assumer ses fonctions de Magical girl et mener l’enquête pour retrouver son assassin !")

Trop belle cette zombinette.

*Les zombies ont fait leur apparition dans les livres pour enfants (!) : Habille : monstres, zombies et fantômes, Zombillénium (BD),  Ma famille zombie d'Eleonore Zuber, Cache-cache avec les zombies (dans la même collection, Cache-cache avec les suricates) ou encore Mon ami le zombie de l'excellent Vincent Malone...
Où est Charlie ? BRAIIIIIINNNN !!!
D'autres parlent sûrement de tout ça bien mieux que moi dans :

Une super conférence datant des Utopiales 2013 : les zombies sont-ils nos amis ? Avec Max Brooks, Thomas Day, Escallon et Daniel Tron.


Chez Les Moutons

Préface de Max Brooks
Là, un avis !

Bref le zombie est partout, un seul conseil : fuyez, pauvres fous ! (c'est pas ça ?)


Un article qui compte pour un n°2 dans le challenge Zombies de Choupinette.

10 commentaires:

  1. Et bien tu t'es bien amusé, c'est très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hannn t'as pas mis mon super logo ^^

      Supprimer
    2. Non je trouvais qu'y avait déjà beaucoup d'images!

      Supprimer
  2. Hé t'as oublié I am a hero dans les mangas, je suis sûre que ça te plairait en plus (mais je crois que c'est parti pour avoir trop de tomes). Très intéressant sinon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de la référence, par contre cet article n'a aucune vocation d'exhaustivité ;-)

      Supprimer
  3. Indispensable : lire ou au moins voir The serpent and the rainbow (aka L'emprise des ténèbres).

    Wiki :

    L'Emprise des ténèbres (titre original : The Serpent and the Rainbow) est un film d'horreur américain réalisé par Wes Craven, sorti en 1988.

    Il est basé d'un fait réel et d'un ouvrage documentaire de l'ethnobotaniste canadien Wade Davis, The Serpent and The Rainbow (qui a donné son titre original au film), une étude des pratiques vaudou en Haïti, en particulier le processus de zombification.

    RépondreSupprimer
  4. En ce qui me concerne, ma première rendontre avec un zombie s'est faite avec "Un horizon de cendres" de Jean-Pierre Andrevon et ça m'a donné envie d'aller à la rencontre de ces êtres si attanchants ^^. En ce moment, je suis dans le premier tome de Feed et c'est également très agréable. Je me demande où est-ce qu'elle va m'emmener... Et merci pour toutes ces belles références dont "In the flesh" que je ne connaissais pas du tout et qui a l'air... excellente ? C'est bien ça le mot ? ;)

    RépondreSupprimer

Pages vues