mardi 10 décembre 2013

Appuyez sur le bouton / Le Jeu du bouton de Richard Matheson

Attention couverture moche ! J'ai décidé de piocher dans Le Livre d'or de la Science-Fiction de Richard Matheson pour terminer le JLNN. J'avais envie de chroniquer un des maîtres du court. J'ai choisi Appuyez sur le bouton, ou encore en VO Button, button

Appuyez sur le bouton est un texte de 9 pages qui nous raconte l'histoire d'un dilemme et d'une décision. Dilemme et décision de Norma Lewis, mariée à Arthur, américaine moyenne, qui en rentrant du travail, trouve devant sa porte une boîte, avec un mot : "Je passerai ce soir à 20h". Se présente un homme qui lui explique que si elle appuie sur le bouton, elle gagnera 50 000 dollars. En contrepartie, une personne qu'elle ne connaît pas mourra quelque part dans le monde. Arthur refuse, mais Norma a des doutes, elle pense au voyage qu'elle aimerait faire avec son mari en Europe, à la maison qu'ils pourraient s'acheter... Va-t-elle appuyer sur le bouton ?

Peut-être cette histoire vous dit-elle quelque chose : elle a été adaptée en 2009 par Richard Kelly, avec Cameron Diaz et le beau James Marsden (Cyclope) sous le titre The Box. Je suis toujours étonnée de la capacité des cinéastes à faire un film de deux heures avec une nouvelle de 9 pages ! (Un peu comme avec The Island adapté de la nouvelle La joie de recevoir de Michael Marshall Smith)

La tension augmente au fil des pages. Au début Norma n'envisage pas vraiment d'appuyer sur le bouton. Pas parce qu'elle a un problème éthique comme son mari, mais parce qu'elle ne comprend pas comment cela fonctionne. Elle pense à une mystification (elle se voile surtout la face). Mais au fur et à mesure on sent la tentation qui se fait plus forte.

Si l'histoire est excellente, je rappelle qu'elle a été écrite en 1970. L'image de la femme, même si Norma travaille (par obligation semble-t-il selon certaines réflexions qu'elle se fait, comme "la place d'une femme est au foyer, pas au bureau"), est "à l'ancienne". Le mari lit dans le salon, pendant ce temps elle épluche la salade. Le mari continue de lire dans le salon, pendant ce temps elle fait la vaisselle. Bref ! Le pire c'est qu'elle n'est pas capable de prendre la bonne décision...

Pour résumer, Appuyez sur le bouton de Richard Matheson est une courte et sympathique nouvelle. La tension monte, le dilemme est fort. L'image de la femme est bien celle des années 70, voire même encore un peu avant... Cependant elle est parfaitement lisible replacée dans son contexte, et la chute est bonne. Et ainsi se termine ma participation au JLNN !


Lecture n°66 dans le cadre
du challenge Je lis des nouvelles et des novellas
L'avis de Lorhkan 

 La bande annonce du film :

10 commentaires:

  1. Tiens j'avais prévu de lire ce livre d'or (et je le ferais sûrement) mais purée la couverture n'est pas inspirante xD

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu cette nouvelle (et d'autres), et elle est en effet excellente ! (rah cette chute !)

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Matheson, un grand écrivain à lire absolument.

    RépondreSupprimer
  4. C’est drôle, j’ai vu le film, mais je ne savais pas qu’il était tiré d’une nouvelle, je la lirai à l’occasion, merci pour l’info ;)

    RépondreSupprimer
  5. Mais comment on peut accepter de publier un livre avec une couverture pareille... l'artiste (haha) devrait être pendu pour ça !

    Blague à part, comme sans doute beaucoup de monde, j'ai vu le film mais ne connaissais pas la nouvelle.
    D'ailleurs, c'est peut-être au final plus simple d'adapter une nouvelle courte qu'un roman, vu qu'il y a moins de données à respecter pour ne pas faire hurler les fans et donc plus de facilité pour apporter ses propres idées :)

    RépondreSupprimer
  6. Moi je dis belle nouvelle, et film très bof...
    J'en avais fait une critique : http://www.lorhkan.com/2012/02/01/the-box-de-richard-kelly-le-jeu-du-bouton-de-richard-matheson/

    Quant à l'illustration, je me sens un peu seul au monde, mais j'aime bien les couvertures de cette collection (ce livre-ci compris), même si elles n'ont rien à voir avec le contenu.
    Elles sont l'oeuvre de Marcel Laverdet et j'aime beaucoup son utilisation des couleurs. Ça pète, et ça me plait. Désolé...^^

    RépondreSupprimer

Pages vues