lundi 27 février 2012

Le crépuscule de Briareus de Richard Cowper


Le pitch :
En 1983, l'apparition d'une supernova provoque sur la terre tornades et typhons qui font cinquante millions de victimes et rendent stériles les survivants. Cependant, certains de ces derniers, qu'on appelle « zétas » (d'après le nom d'une onde nouvelle apparue sur les électroencéphalogrammes) ont acquis d'étranges pouvoirs psychiques. On les craint, on se méfie d'eux, on les traque, mais c'est grâce au sacrifice de l'un d'eux que notre planète redeviendra féconde.
  
Mon avis :
Enfin un bon petit post-apo !!! ça faisait bien trop longtemps, j'étais en hypo post-apo...

Voici un roman anglais des années 70, publié chez Denoël dans la collection Présence du Futur (ce qui explique la couverture hideuse), écrit par Richard Cowper. L'étoile Briareus Delta explose et produit des radiations qui rendent stérile l'humanité, induisent des changements climatiques extrêmes, et créent une nouvelle onde "zéta" dans le cerveau d'une personne sur un million.

Nous suivons année par année l'évolution de la situation, les tests sur les Zétas, la dégradation du climat et des conditions de vie...

C'est ainsi que finit le monde
Non pas avec un Bang ! Mais avec un soupir.
T.S. Elliott

Parallèlement, les zétas expérimentent des "voyages", sortes de visions, du présent, du futur, qu'ils partagent. Ce roman a un côté très spirituel, de réflexion sur la vie et son sens.

La religion, c'est parier sa vie qu'il y a un Dieu. Je n'aime pas les paris.

Je lui reprocherais juste une traduction évidemment datée et retiendrait la jolie expression "il me souvient...". Ce n'est pas un roman post-apocalyptique dans l'action, mais dans la réflexion et la poésie que je vous conseille vivement ! 


CITRIQ

Les Chroniques des Féals, l'intégrale de Mathieu Gaborit

Le pitch :
Dans l’empire de Grif’, le temps est venu de faire renaître le phénix de l’empereur. Le jeune et talentueux Januel est choisi par la guilde des phéniciers pour s’acquitter de cette tâche. Mais un incident se produit au cours du rituel: l’empereur est tué et le phénix trouve refuge… dans le coeur de Januel. Obligé de fuir, le jeune phénicier entreprend un voyage semé de dangers et d’embûches pour comprendre ce qu’il s’est passé et prouver son innocence… Parviendra-t-il à maîtriser le phénix qui palpite en lui ?

Mon avis :

Dans le cadre du Mois de Mathieu Gaborit sur Book en Stock, Dup' et Phooka ont lancé un partenariat avec Bragelonne, qui a offert aux heureuses élues une superbe intégrale des Chroniques des Féals (Non mais vraiment, elle est belle). S'ensuivit une lecture commune à 11 que j'avoue avoir abandonnée, faute de temps.
Moi qui ne suis pas une grande fan de Fantasy, je commence peu à peu à rentrer dans le genre, et ce notamment grâce à Mathieu Gaborit. (Ou encore Thomas Geha avec le Sabre de Sang, mais c'est une autre histoire !)

On entre tout de suite dans le récit, pas de blabla inutile chez Mathieu Gaborit !

Les personnages sont pour la plupart très énigmatiques, comme Januel dont on ne connait au départ que des bribes d'enfance, les charognards cruels et mystérieux, et nous font bien accrocher aux romans.

Complots, retournements, chapitres courts et intenses, tout est fait pour nous entraîner dans l'histoire. Toutefois Mathieu Gaborit ne dira pas tout, ce qui pourra parfois être frustrant pour le lecteur, et notamment sur les Féals, sur lesquels on aurait tellement aimé en savoir plus.

Januel devient au fil de la lecture un personnage très énervant, et je vois en lisant les chroniques des copines que je ne suis pas la seule à le penser !

La compréhension des territoires se révèle assez simple, moi qui ai parfois du mal à enregistrer les noms de lieux ou de personnages en Fantasy, je n'ai eu aucun problème à rentrer dans le récit.

L'auteur crée réellement un univers riche et fantastique, qu'on souhaiterait découvrir encore plus, si seulement il avait voulu développer les nombreuses pistes ouvertes mais pas exploitées.


Retrouvez les chroniques des copines :

Pour le tome 1
Pour le tome 2
Pour le tome 3
Et l'intégrale
Elo 
 Pat 
 Roz

lundi 20 février 2012

Nouvelles à ne pas y croire de Fabien Maréchal

Le pitch :
Ici, les oiseaux font la loi, les cafetières s'enfuient, vos invités se présentent nus à votre porte, les jeux télévisés vous expédient en prison mais vos voisins ont très bon goût. Soudain plongés dans des situations qui les dépassent, les personnages de ces drôles d'histoires affrontent des questions qui traduisent l'absurdité de l'existence : jusqu'où sommes-nous dupes - de nos relations sociales, des mises en scène de la télévision, de la justice ? À quel point contribuons-nous à bâtir nos prisons ? Comment s'en évader ? Et surtout, surtout : pourquoi diantre les trains devraient-ils avoir un horaire ET une destination ? 

Mon avis :
Dans le cadre d'un partenariat avec Masse Critique sur Babélio, j'ai reçu ce court recueil de nouvelles absurdes de Fabien Maréchal, publié par les Editions Dialogues.

L'objet livre est de qualité, la couverture est de papier épais, agréable. L'illustration n'est pas de mon goût, mais représente bien le contenu du livre.

Je vais juste vous parler de mes deux nouvelles préférées :

Café : Et si tous les produits de consommation avaient leur volonté propre et refusaient tout à coup de se soumettre ? C'est l'expérience absurde et désespérante que va vivre le narrateur. J'ai été agréablement surprise par cette nouvelle courte et percutante, pleine d'humour.

A travers la fenêtre, je vis une râpe à légumes poursuivre
un concombre sous cellophane dans le jardin.
Le concombre perdait du terrain.

Récréation : Cette histoire ultra-cynique nous entraîne sur le plateau d'un jeu télévisé où le but est de dénoncer sa famille, afin de les envoyer dans des camps de travail et d'hériter tout de suite...

Petit plus des Editions Dialogues, le lecteur trouvera à la fin du livre un code afin d'avoir accès gratuitement à la version numérique du recueil.

mardi 14 février 2012

Top Ten Tuesday #7 : Les 10 livres qui vous ont fait pleurer (ou qui vous ont au moins ému)

Le Top Ten Tuesday (TTT pour les intimes), qui permet de lister son top 10 selon un thème littéraire, est un rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani. On peut même voter pour le prochain sujet, et ça c'est chouette !

En ce mardi 14 février 2012, le but est de lister

Les 10 livres qui vous ont fait pleurer
(ou qui vous ont au moins ému)

Même pas vrai je ne suis pas une pleureuse, qui a dit ça !! Je te vois.

Le seul livre pour lequel j'ai réellement versé ma larme, voire plusieurs :

La Tour Sombre de Stephen King (Tome 7 du cycle du même nom)
Là oui, j'ai pleuré. Ouhlala oui ! On s'attache, c'est comme ça, et puis ce sont quand même mes livres préférés de la vie.


Les livres qui m'ont émue, marquée (sans ordre) :

La Guerre des Chiffonneurs de Thomas Cela Geha
Plutôt sciée par ce chapitre de fin, qui sonne tellement juste. J'ai adoré.


La route de Cormac McCarthy
Un livre émouvant, fort, avec ce style particulier, sans espoir, gris, mais tellement percutant. Un père et son fils, une relation forte dans l'adversité. Incontournable pour les émotions !



Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes
Un personnage attachant, puis qu'on voudrait claquer, puis re-attachant... Une situation sans issue et une fin difficile à accepter.



Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé de J. K. Rowling (Jeunesse ou pas)
Le tome d'Harry Potter qui fout les boules par excellence. Toi-même tu sais.


J'ai vu quelque chose qui bougeait d'Alain Serres et Silvia Bonanni (Jeunesse)
Un superbe album très poétique, autour de l'humain, comme sait nous les offrir Alain Serres, fondateur de la géniale et citoyenne maison d’édition Rue du Monde, dont je rappelle le crédo "Les oiseaux ont des ailes, les enfants ont des livres".


L'envol du dragon de Jeanne-A Debats (Jeunesse)
Avec un thème tel que celui-ci, il eût été difficile de ne pas être émue. C'est bien amené, ce n'est pas larmoyant, c'est beau, c'est fort. Un second livre réussi et poignant pour l'auteure dans l'excellente collection SF Mini-Soon Syros dirigée par Denis Guiot.


Mes autres Top Ten Tuesday, à retrouver ici !

Pages vues