dimanche 24 mai 2020

Les nouvelles qui m'ont marquée : le court, c'est le bien !

Déjà, en 2012 : pourquoi lire des nouvelles
Je lis actuellement Chuchoteurs du dragon et autres murmures de Thomas Geha aux éditions Elenya. Ce court recueil vient de recevoir le Prix Imaginales de la nouvelle, et puisqu'il trainait depuis bien trop longtemps sur ma PAL, je l'en ai sorti !

Et donc me direz-vous, pourquoi tu nous ponds un article sur les nouvelles qui t'ont marquée ?

Parce que Thomas Geha a écrit un avant-propos dans lequel il dit :

"Sous prétexte de sa brièveté, la nouvelle n'est bien souvent que peu estimée, on la regarde du haut de la pile de romans avec un certain dédain [...] Éventuellement comme un simple jeu de l'esprit qui fait sourire et qui s'oublie aussi vite. Mais non."

Et donc comme Thomas Geha, je le dis tout fort MAIS NON !!

La nouvelle c'est le bien. Il y a longtemps que je le crie ! Je vous ai donc concocté une liste des nouvelles qui m'ont marquée, celles qui me viennent facilement quand j'évoque mes souvenirs.

Les classiques :
  • Vous les zombies de Robert Heinlein, une nouvelle de 1959 devenue un grand classique du paradoxe temporel, et ayant donné lieu au film Prédestination de Michael et Peter Spierig, avec Ethan Hawke. Je l'ai lu dans La Grande Anthologie de la Science-fiction : Histoires de voyages dans le temps.
  • Rencontre nocturne de Ray Bradbury, une nouvelle de 1950, qui fait partie des Chroniques Martiennes. Sur Mars, un terrien et un martien se rencontrent une nuit... alors qu'ils ne vivent pas à la même époque.
  • Petit déjeuner au crépuscule de Philip K. Dick est une nouvelle de 1954 que j'ai lue dans un Folio 2€ ! Une famille se réveille à la fin du monde. Elle est disponible dans le recueil Paycheck.
  • Brume de Stephen King, écrite en 1987, qui a donné lieu à un film de Frank Darabont et une série plus récemment (mais arrêtée, c'était pas terrible). Le film se finit de façon encore pire que la nouvelle !! Même King n'en revenait pas. Un jour dans une région tranquille, mais non loin d'un labo de l'armée, une brume s'abat sur une petite ville, et il vaut mieux ne pas se retrouver dedans. A lire dans le recueil Brume - Paranoïa ou dans un volume chez Albin Michel depuis 2019.
  • Louisa, je t'en prie, reviens à la maison de Shirley Jackson, une nouvelle de 1960 que j'ai lue l'année dernière, puisque jusqu'ici elle n'avait pas été traduite ! Une jeune femme part de chez ses parents, qui pensent à une fugue. Chaque année à la même date, sa mère fait un appel désespéré à la radio, que Louisa écoute avec attention... Découvrez d'urgence le recueil La Loterie et autres contes noirs.
  • La Poussière de Jacques Sternberg une micro-nouvelle dont je ne retrouve pas la date d'écriture, parue dans le recueil 188 contes à régler en 1988. (Vous pouvez la lire entièrement en bas de l'article !!)

Des nouvelles découvertes plus récemment :
  • La Ménagerie de papier de Ken Liu, une nouvelle de 2011, paru dans le recueil éponyme publié chez Le Bélial et Quarante-Deux. Elle a tiré des larmes a bien des lecteurs !
  • Groupe d'intervention de Paolo Bacigalupi, un titre de 2006, paru dans le recueil La Fille flûte et autres fragments de futurs brisés chez Le Diable Vauvert, qui m'a estomaquée.
  • Les Vents de Marble Arch de Connie Willis, un texte écrit en 1999. Il est paru dans le recueil Les Veilleurs chez Nouveaux Millénaires, et malgré un traitement que je n'ai pas trop apprécié, je garde un vif souvenir de ces vents venus du passé.
  • Rêves captifs de Lisa Tuttle, une nouvelle glaçante de 2007 parue dans le recueil Ainsi naissent les fantômes chez Dystopia. Elle fait un effet bœuf.
  • La Joie de recevoir de Michael Marshall Smith, un texte de 1994 qui a inspiré le film The Island de Michael Bay en 2004, une version très aseptisée de la nouvelle de Smith qui est au contraire très crue. A découvrir seulement d'occasion dans le recueil L'Homme qui dessinait les chats.
  • Loob de Bob Leman, une nouvelle de 1979 que j'ai lue très récemment dans le recueil Bienvenue à Sturkeyville édité chez Scylla, une réalité parallèle pour Sturkeyville.
  • Convoi d'Emmanuel Chastellière, nouvelle publiée dans le fix-up Célestopol paru chez Libretto, dans laquelle une conductrice de train emprunte une voie sans issue... Un texte de 2017 !

J'ai toujours aimé les nouvelles qui frappent, étonnent, ou simplement font le job proprement en quelques pages. Des textes si courts, qui pourtant parfois laissent une impression à vie !

Cela m'a donné envie de lire les intégrales de nouvelles de Dick, Matheson ou Heinlein !!! Mais comme d'habitude, je ne prends jamais le temps de le faire...

Je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur tous ces recueils !

Et je vous laisse donc avec ma nouvelle préférée de Jacques Sternberg :
 
La poussière
Dieu était arrivé à bout de ses peines quand il pensa à celles qu'il réservait à l'homme récemment créé et il fut assez satisfait de les résumer en affirmant : « né de la poussière, tu seras destiné à redevenir poussière. » Et pour peaufiner le sadisme de sa trouvaille, il donna à l'homme la conscience de n'être que poussière et l'intelligence d'inventer un jour l'aspirateur.

13 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le format nouvelle aussi, même si je n'en lis pas souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman a quelque chose de confortable c'est vrai

      Supprimer
  2. c'est mon genre préféré et je le défends ! merci plein de découvertes à faire dans ton article et je suis partante pour une intégrale par auteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah super ! Les intégrales de Dick sont épuisées chez Denoel. Pour Matheson il me semble que c'est dispo chez J'ai Lu ?

      Supprimer
    2. ok j'ai bien accroché à Je suis une légende et je crois que je l'ai croisé dans des recueils, je vais regarder...

      Supprimer
  3. Tu devrais en faire un challenge tiens. O=)
    Est-ce qu'on peut instaurer une règle qui interdit à tout jamais de parler de "Rêves captifs" ? C'est pour ma non-copine la boule au ventre qui se réveille à chaque fois que j'y repense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gniark gniark les vieux savent ! Oui c'est vrai qu'elle est choquante cette nouvelle.

      Supprimer
  4. Les nouvelles c'est le bien, je le dis depuis si longtemps... lol

    RépondreSupprimer
  5. Les nouvelles c'est trooooop bien !
    Et j'ai relu Vous les zombies cette semaine juste après avoir vu le film, c'est marrant de la retrouver dans ta sélection ^^

    RépondreSupprimer

Pages vues