dimanche 18 août 2013

♥ Rois du monde première branche : Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski


Même pas mort, c'est un peu LE livre que tout le monde attendait depuis 2009, c'est-à-dire depuis l'excellent, le glorieux, le grand, le magnifique premier roman de Jaworski : Gagner la guerre. Attendre ce bouquin, c'est un peu comme attendre le prochain Beauverger ou le prochain Damasio, ça coule de source tellement on est resté sur le cul du roman précédent.

Alors ça y est, le Jaworski nouveau est arrivé, habillé superbement par Les Moutons Électriques, avec un tirage « hardcover » (relié, toilé, cousu, fil couleur, gardes couleur, jaquette couleur - que j'ai virée pour lire tranquille, je l'avoue) !

Je m’appelle Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos. Pendant la Guerre des Sangliers, mon oncle Ambigat a tué mon père. Entre beaux-frères, ce sont des choses qui arrivent. Surtout quand il s’agit de rois de tribus rivales… Ma mère, mon frère et moi, nous avons été exilés au fond du royaume biturige. Parce que nous étions de son sang, parce qu’il n’est guère glorieux de tuer des enfants, Ambigat nous a épargnés. 
Là-dessus, le temps a suivi son cours. Nous avons grandi. Alors mon oncle s’est souvenu de nous. Il a voulu régler ce vieux problème : mon frère et moi, il nous a envoyés guerroyer contre les Ambrones. Il misait sur notre témérité et notre inexpérience, ainsi que sur la vaillance des Ambrones. Il avait raison : dès le début des combats, nous nous sommes jetés au milieu du péril. Comme prévu, je suis tombé dans un fourré de lances. Mais il est arrivé un accident. Je ne suis pas mort.

Ce qui m'a frappée en premier, c'est le langage ultra-châtié de l'auteur. Et là j'ai eu peur : Même pas mort, moins fun que Gagner la guerre, avec un titre pareil ? A voir ! 

Bellovèse, fils de Sacrovèse, guerrier Biturige (donc du Berry) maintenant très vieux, a décidé de raconter l'histoire de sa vie à un marchand Ionien (qu'il qualifie aussi d'Hellène, donc j'en déduis que c'est un grec). Sans lui demander son avis, au contraire : soit le marchand l'écoute et raconte à son tour l'histoire de Bellovèse, soit il meurt. Je vous laisse deviner le choix du marchand et nous on écoute aussi très attentivement, car on ne veut pas se faire arracher la tête par ce narrateur qui nous tutoie ! Il commence donc à nous conter sa jeunesse, et comment un jour, il n'est même pas mort. Cela a fait de lui un tabou, dans un monde de superstitions et de magie.

Même pas mort est comme on l'imagine un récit initiatique. Un vieux guerrier nous conte sa jeunesse, sa construction, son parcours, ses amis et ses ennemis, ses premiers combats... Ce qui est original, c'est le contexte. Jaworski a choisi la Gaule et ses peuples barbares, une époque de l'histoire lointaine, propice aux légendes et il faut bien l'avouer, assez méconnue. C'est probablement une énorme recherche historique qu'a effectué l'auteur pour son écriture, et il a réussi à me donner envie d'en savoir plus sur cette période ! Je me suis retrouvée un soir à 23h à consulter un tableau des peuples celtes sur Wikipédia pour me situer. Cela dit j'aurais aussi pu faire sans, mais je suis curieuse. (Du coup, je me demande, manquerait-il une carte à ce roman ?)

Merci la carte de la précision : les Osismes sont les Finistériens, et donc après eux on se retrouve hors le monde !

La vie de Bellovèse, dont nous n'avons finalement que le commencement dans ce tome 1, est palpitante, par moments dure et à d'autres insouciante. Ce récit épique et héroïque est franchement prenant, je n'avais qu'une envie, me coller dans un fauteuil au coin du feu et lire tranquillement. Pas de chance, c'est l'été et j'ai une famille (c'est insupportable).

Original aussi, le sens de la racontée : on part d'un Bellovèse jeune adulte pour finir par en apprendre beaucoup plus sur son enfance au fur et à mesure de l'avancée du récit. Nous avons aussi des visions fugitives de son avenir. Frustration extrême, l'auteur dissémine ainsi des indices étonnants sur la suite de la vie du narrateur, mais on sait que ce ne sera pas pour ce tome-ci, raaaaaaaaaa !!!

La magie et les mythes sont d'ailleurs bien plus présents dans Même pas mort que dans Gagner la guerre. Les mythologies s'intègrent parfaitement au récit, le mystère est savamment entretenu.

Il est à noter que j'ai découvert, suite à une phrase de l'auteur indiquant qu'il était en train d'écrire un roman autour d'un personnage "semi-historique" (je ne sais plus où j'ai lu ça), que Bellovèse, ou Bellovesos, est mentionné dans Histoire romaine de Tite-Live. L'historicité des personnages de cette époque est difficile à prouver, l'existence réelle de Bellovèse n'est pas attestée. Jaworski ne l'a donc pas inventé mais il a choisi d'imaginer sa vie.

"Les histoires sont les reflets du monde, et une belle histoire gire et vagabonde.
Il n'y a que les contes sinistres qui vont droit au but, comme un trait jeté pour tuer. [...]
C'est pourquoi votre histoire ne peut se dérouler aussi simplement."

Pour résumer, Même pas mort de Jaworski, premier tome des Rois du monde, est une réussite. C'est un récit initiatique et épique dans lequel planent des mystères qu'on voudrait percer à tout prix, tout de suite. Mais on prend tellement de plaisir à la lecture que l'on n'a aucune envie que l'histoire se termine, je me réjouis donc de savoir que le tome 2 : Chasse Royale devrait paraitre en 2014, et le tome 3 : La Grande jument en 2015, si tout va bien. (J'ai lu au détour d'un statut FB que l'auteur terminait d'écrire le tome 2 !) Pour ceux qui le souhaitent, Même pas mort est également dispo en numérique.

Jaworski est grand ! Un roman épique et mythique à lire absolument !

PS : les trois tomes réunis mériteront peut-être le fameux 42, mais pour le savoir il faudra attendre la lecture complète des Rois du Monde !

L'avis de Xapur, Cédric Jeanneret, Blackwolf, Le Dévoreur de livres

8 commentaires:

  1. Très intéressant !
    On parle beaucoup de Jarowski sur la toile en ce moment, mais je ne l'ai as encore lu. Je vais peut-être me laisser tenter par celui-ci. *regarde sa PAL* Un jour...

    RépondreSupprimer
  2. Un très bon premier tome, hélas trop court ! Vivement la suite !

    RépondreSupprimer
  3. Bon, pas de 42 de suite en notation, mais il y a le petit cœur en titre. C'est donc très très bien parti :) Il faudrait que je commencer par Gagner la guerre, moi.

    RépondreSupprimer
  4. Pour l'absence de carte, j'avais demandé à l'auteur : c'est un choix délibéré car il n'y en avait pas à l'époque...

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi c'est pour très bientôt, vivement !

    RépondreSupprimer
  6. Bon bah y'a plus qu'à l'acheter dans mon cas ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je suis passée à la fnac hier, j'ai tenu la bête dans mes mains quelques instants à trépigner comme une gamine de 3 ans. Et je suis repartie sans, mes achats ne reprenant qu'en septembre. Et j'ai plus que hâte de la rentrée du coup ! x)
    et je me console en relisant Janua Vera en ce moment... ^^

    RépondreSupprimer
  8. Un peu d'histoire Gauloise :
    Bituriges signifient "Rois du monde"

    RépondreSupprimer

Pages vues